Manifestation contre la création du Parc National des Calanques

 Le vendredi 11 Février et le samedi 12 Février, ‘Les Amis de la Rade des Calanques’ (plaisanciers) manifestaient à Marseille leur désaprobation concernant les propositions du ‘GIP Calanques’ pour la création d’un Parc National des Calanques.

‘Les amis de la Rade des Calanques’ n’ayant pas eu le temps, à ce jour, de donner une suite favorable à notre demande d’interview, nous publions ci-dessous le texte de leur tract, et quelques photos prises au tout début de la manifestation (sur le Vieux Port de Marseille).

——

UN PARC NATIONAL…

Un territoire composé d’un cœur, où la protection et les interdits sont maxima et d’un aire d’adhésion, en principe librement consenties par les communes… Sauf pressions de l’État.

Une volonté d’interdire, de limiter, de restreindre les pratiques et usage mais un objectif affiché de développer le tourisme avec notamment la création d’un Label (Marque, délivrée par un organisme, qui garantit la qualité d’un produit destiné à la vente).

Le périmètre de Parc National des Calanques :

Toutes zones confondues (Cœur, aire d’adhésion ou aire maritime adjacente) : le périmètre s’étend des Embiez à Carro.

Son extension avec l’élargissement du cœur ne tient qu’à un fil Le parc national prend la main et ne la lâche plus.

La Gouvernance :

Selon la loi de 2006 (Loi Giran), le Directeur, nommé par l’État, a tous pouvoirs pour appliquer les décisions du Conseil d’Administration dans lequel les représentants des usagers locaux ne sont pas ou faiblement représentés.

La réglementation : exemples d’interdictions :

L’organisation et le déroulement de manifestations publiques, notamment de compétitions sportives, sont interdits sauf autorisation de l’Établissement Public, le cas échéant subordonnés au au paiement d’une redevance.

Toute publicité (et donc tout sponsoring) est interdite en cœur de Parc.

La chasse terrestre est réduite et le poste à grives, tradition provençale, est interdit.

La cueillette, la randonnée, l’escalade sont interdites (réserves intégrales notamment) ou sévèrement réglementées.

La multiplication des zones de non pêche, dont certaines sans fondement scientifique.

Les chats des habitants doivent être stérilisés […]

La vitesse limitée, pour tous les engins motorisés dans toute la bande littorale, entre 300 mètres de la côte et 1 mille nautique.

Concernant la mer, les interdits ne seront connus qu’après la création du Parc. En attendant, la pêche de plaisance et la pêche aux petits métiers seront interdites durant des années, pour permettre au poisson de se reproduire. Afin qu’ils n’aillent pas pêcher, le Parc suggère de subventionner les pêcheurs pour qu’ils restent chez eux.

Toutes ces contraintes menacent notre vie sociale et notre économie locale !

…IL EST VRAI QUE NOUS NE SOMMES QUE LE « PETIT PEUPLE » …

(terme figurant dans l’Avant-Projet de Charte GIP du Parc National des Calanques

– Version 2 – Page 11)

Notre volonté de protéger l’environnement, notre patrimoine exceptionnel et nos activités ancestrales est forte, réelle et ne date pas d’aujourd’hui !

OUI A LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT
NON AU PROJET DE PARC NATIONAL EN L’ETAT
LA LOI DE 2006 EST INADAPTEE

——

 

 

Laisser un commentaire

6 + 3 =