Mieux connaître l’accidentologie des sports de montagne

Nous avons la conviction que les discours de prévention et les contenus des formations techniques de montagne pourraient gagner en efficacité et être mieux ciblés en s’appuyant davantage sur une meilleure connaissance de la fréquence des accidents, des facteurs de risque et des scénarios typiques qui conduisent à une situation accidentogène.

Il existe en France comme à l’étranger de nombreux organismes qui collectent des données sur les accidents. Mais ces données sont dispersées, parfois incomplètes, peu homogènes dans la manière dont elles sont récoltées et de ce fait, difficile à comparer entres elles. C’est pourquoi, il a paru nécessaire dans un premier temps de répertorier, en France comme à l’étranger, les sources qui produisent des données sur les accidents de montagne et de mesurer comment nous pouvions en tirer parti pour améliorer nos connaissances sur l’accidentologie de montagne.

Cette première phase de recherche a donné lieu à un rapport intitulé « Accidentologie des sports de montagne, état des lieux et diagnostic » que vous pouvez télécharger ici.

À la lecture de ce document, on apprend notamment que :

  • le massif du Mont-Blanc (versant français) concentre plus de 30% des décès, dont près de la moitié en alpinisme. Voir page 10
  • 36% des personnes secourues en France sont indemnes. Voir page 14
  • les accidents graves voire mortels touchent souvent des locaux disposant a priori de connaissances, plus exposés du fait d’un nombre élevé de sorties en montagne. Voir page 22
  • 81% des décédés dans le massif du Mont Blanc et 80% des décédés dans les montagnes autrichiennes sont des hommes. Voir page 22
  • la chute dans le vide est à l’origine de 65 à 70% des cas d’interventions de secours pour un motif traumatique.Voir page 30
  • les accidents interviennent majoritairement à la descente en alpinisme. Voir page 32
  • les dangers dits objectifs (chute de pierres, de glace, cassure de corniche, …) ne sont à l’origine que de 3% à 4% des interventions de secours en Suisse. Voir page 32
  • 59% des blessures en escalade (falaises équipées) sont de gravité mineures. Voir page 43

Plus d’infos

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.