Miška Izakovičová fait l’ascension libre du Golden Gate à El Capitan, Yosemite

Soutenue par son partenaire d’escalade Karel Nováček, la Slovaque Michaela Izakovičová a réalisé l’ascension libre du « Golden Gate » sur El Capitan à Yosemite. Le Bratislava de 34 ans donne les détails de ce grand mur classique, construit en septembre 2000 par les frères allemands Alexander et Thomas Huber.

Yosemite est l’un de mes endroits préférés au monde et l’escalade libre à El Capitan est mon rêve depuis que j’ai commencé à grimper. Après l’envoi Freeriders en 2018 j’ai tourné mon regard vers l’autre voie, Porte dorée. Je l’ai brièvement essayé en 2019, mais à cette époque c’était trop dur pour moi, l’escalader me paraissait absolument impossible. Lorsque les frontières ont été fermées à cause du Covid, j’ai continué à rêver de l’itinéraire, en espérant qu’un jour j’aurais l’occasion de le réessayer.

Je suis finalement revenu dans la Vallée l’année dernière, mais après quelques années loin d’El Cap, tout me paraissait si grand et effrayant. Néanmoins, j’ai décidé d’essayer l’itinéraire et cela s’est étonnamment bien passé. Même si cela semblait trop difficile à l’époque, j’avais l’impression que j’avais une chance de l’envoyer un jour. Je ne pouvais pas faire tous les mouvements du Déplacer le pas et le reste du parcours était également difficile. Je savais que je voulais revenir, mais je devais être plus fort et mieux préparé.

Malheureusement, les choses ne se passent pas toujours comme prévu. Au printemps, je me suis blessé à la cheville et j’ai dû arrêter de grimper pendant près de trois mois, même si je marchais d’ailleurs. Il me semblait peu probable que j’envoie l’itinéraire cette année. Mais la saison d’automne s’est très bien passée pour moi chez moi, alors j’ai décidé de voyager dans la vallée et d’essayer. Je me sentais différent d’il y a un an, j’étais très motivé, confiant et je n’avais pas peur du tout, et dès le premier jour à Yosemite, j’ai mieux grimpé et je me suis senti plus fort que jamais. Après trois semaines dans la Valley, tout s’est mis en place et j’étais prêt à me lancer. J’y suis allé avec mon ami Karel Nováček de République tchèque, qui a décidé de soutenir mon rêve et je suis très heureux qu’il l’ait fait, car il était exactement le partenaire dont j’avais besoin là-bas.

Nous avons pré-transporté à Rebords de coeur, s’est reposé puis est reparti du sol. La première journée s’est très bien passée, j’ai eu un très bon flow et nous sommes arrivés au Hollow Flake Ledge au coucher du soleil. Le deuxième jour, nous avons grimpé jusqu’au Descente, à 5h13a, le premier des quatre longueurs cruciales du parcours. Je voulais l’essayer tôt le lendemain matin, avant que le soleil ne frappe le mur. Je m’attendais à ce que l’envoi me prenne un certain temps, alors nous avons pensé camper au Alcôve au moins une nuit de plus. Mais les choses se sont passées différemment : j’ai envoyé le pitch en deuxième tentative et à 8 heures du matin nous étions de retour à notre camp, nous avons donc décidé de continuer notre route. Le nouveau plan était de grimper jusqu’à Tour au peuple et y installèrent mon camp. Ce jour-là, je n’ai pas vraiment essayé le Déplacer le pas (5.13a), la deuxième longueur cruciale, car nous l’avons grimpé en pleine journée alors qu’il faisait beaucoup trop chaud pour une tentative sérieuse. Nous sommes arrivés au La tour le soir du troisième jour, et comme je dirigeais chaque terrain et transportais la majeure partie du parcours, j’étais assez épuisé.

Le lendemain matin, nous avons dormi, je n’avais tout simplement pas assez d’énergie pour aller essayer le Déplacer le pas. Nous avons passé la majeure partie de la journée à nous détendre dans la tour, à manger et à boire beaucoup d’eau. Après le coucher du soleil, nous sommes descendus au Déplacer le pas et j’ai commencé à essayer le rocher crux. Au début, cela me semblait impossible et j’ai passé plus d’une heure à essayer au moins dix méthodes différentes, mais aucune ne me semblait proche, même de loin. Après cela, je suis retourné au relais pour me reposer et je dois admettre que j’étais plutôt déprimé ; J’avais espéré des progrès par rapport à l’année dernière, car à l’époque, le reste du parcours me paraissait beaucoup plus difficile qu’aujourd’hui, mais je n’arrivais toujours pas à faire ces mouvements. Après le reste j’ai essayé une dernière bêta à laquelle j’avais pensé, et à ma grande surprise j’ai fait le bloc ! Je me suis baissé et j’ai recommencé ! Soudain, j’ai pu le faire, mais j’étais tout simplement trop fatigué pour essayer sérieusement ce soir-là. Nous sommes retournés à notre portaledge et, pendant que je m’endormais, j’ai escaladé le rocher au moins 20 fois dans ma tête.

Le lendemain matin, nous sommes rentrés et j’ai envoyé le pitch en premier. Les conditions pendant la journée étaient horribles, le soleil était très fort et il faisait bien trop chaud pour une escalade difficile. Encore une fois, j’ai attendu le coucher du soleil pour essayer le prochain pitch crucial, Le Désert d’Or (5.13a). Je pensais que celui-ci se passerait facilement et que je l’enverrais ce soir-là. Peut-être que je l’ai sous-estimé, ou je me suis simplement souvenu que ce n’était pas aussi difficile qu’il l’est en réalité, le fait est que j’ai vraiment eu du mal. Lors de mon premier essai, j’ai pris un assez gros fouet lorsque je suis tombé en tondant, et j’ai même déchiré un morceau d’équipement en dessous de moi. Pendant une seconde, j’ai cru que j’allais atterrir sur le portaledge, mais heureusement je me suis arrêté avant ! Lors de mon deuxième essai, j’ai encore glissé en essayant de remonter dans le coin peu profond. Mon pied droit a glissé sur le rocher lorsque je suis tombé, ce qui m’a blessé à la cheville. J’en avais assez pour cette nuit-là, ma cheville me faisait mal et je ne voulais plus grimper. Je me sentais vraiment mal, je pensais que c’était peut-être fini pour moi.

Quand je me suis réveillé le lendemain matin, ma cheville était enflée, légèrement bleue et douloureuse, mais j’étais déterminé à continuer à grimper. J’ai dû! C’était censé être notre avant-dernier jour sur le mur, car nous n’avions que deux jours avant la tempête de 4 jours et nous devions vraiment faire le plein avant la pluie. Mon premier matin continue Désert doré J’étais très tremblant, j’avais peur de tomber et ma cheville était assez raide et douloureuse alors j’ai juste regardé le point crucial.

J’ai baissé et j’ai réessayé. Ce matin-là, je suis tombé encore trois fois sur le terrain et j’en ai fini avec ça, je ne pouvais plus physiquement essayer. Je savais que je n’avais pas beaucoup de temps alors j’ai décidé d’essayer le A5 Traverse (5.13a), le dernier lancer crucial. J’ai essayé deux fois ce jour-là, mais j’ai vraiment eu du mal, c’était au soleil et ça me semblait impossible. Après cela, j’étais assez épuisé et je n’avais plus de peau au bout des doigts, alors j’ai décidé de mettre un terme à cette journée et je suis retourné au portaledge. Je pensais maintenant sérieusement que je n’allais pas envoyer l’itinéraire, car nous n’avions qu’un jour devant nous et nous devions encore atteindre le sommet.

Ce soir-là, je n’ai pas grimpé et j’ai décidé de donner aux deux Désert doré et le A5 Traverse encore un essai le lendemain matin. Je voulais lui donner tout ce que j’avais même s’il me semblait peu probable que je l’envoie.

Le dernier matin sur le mur sur lequel j’ai commencé Désert doré et déjà sur les premiers mouvements je me sentais beaucoup mieux qu’avant, j’ai pu tout donner et j’ai envoyé ! Il ne restait plus qu’un dernier lancer crucial et je sentais que je n’avais probablement qu’un seul essai en moi. Je ne pense pas m’être jamais battu aussi dur sur un terrain, comme je l’ai fait sur celui-là. A5 Traverse! À peu près à mi-hauteur, je tombais presque à chaque mouvement, mes avant-bras avaient constamment des crampes, mais d’une manière ou d’une autre, j’ai refusé de lâcher prise et à la fin j’ai envoyé ! Je ne pouvais pas croire ce qui venait de se passer ! Je ne voulais pas trop faire la fête car il restait encore 5 longueurs jusqu’au sommet, mais je savais que cela ne m’arrêterait pas maintenant.

Porte dorée est de loin la chose la plus difficile que j’ai jamais gravie et j’apprécie vraiment cette ascension car j’ai gravi la voie de fond en comble, menant chaque longueur. J’ai gravi chaque longueur en toute liberté et j’ai parcouru moi-même la majeure partie du parcours. L’envoyer de cette façon était exactement ce dont j’avais rêvé, et je n’arrive toujours pas à croire que cela soit arrivé.

par Miška Izakovičová

Porte dorée, El Capitan, Yosemite
Grimpé pour la première fois en libre par les frères allemands Alexander Huber et Thomas Huber en une seule poussée les 13 et 14 octobre 2000.

Michaela Izakovičová, Golden Gate, El Capitan, Yosemite - Miška Izakovičová sur les Freeblast Slabs en répétant Golden Gate sur El Capitan, YosemiteMichaela Izakovičová, Golden Gate, El Capitan, Yosemite - Miška Izakovičová sur le terrain Golden Desert du Golden Gate on El Capitan, YosemiteMichaela Izakovičová, Golden Gate, El Capitan, Yosemite - Miška Izakovičová sur le terrain Golden Desert du Golden Gate on El Capitan, YosemiteMichaela Izakovičová, Golden Gate, El Capitan, Yosemite - Miška Izakovičová répétant Golden Gate sur El Capitan, YosemiteMichaela Izakovičová, Golden Gate, El Capitan, Yosemite - Miška Izakovičová sur le terrain Moster Offwidth du Golden Gate sur El Capitan, YosemiteMichaela Izakovičová, Golden Gate, El Capitan, Yosemite - Miška Izakovičová et Karel Nováček dans leur portaledge en répétant Golden Gate sur El Capitan, YosemiteMichaela Izakovičová, Golden Gate, El Capitan, Yosemite - Miška Izakovičová terrain d'escalade 22 du Golden Gate sur El Capitan, YosemiteMichaela Izakovičová, Golden Gate, El Capitan, Yosemite - Miška Izakovičová répétant Golden Gate sur El Capitan, Yosemite

Laisser un commentaire

un × 2 =