Montagne – Alpinisme – Moi, Amélie gardienne ‘CRS’ au refuge du Goûter

Après deux premières saisons d’activité, Amélie Faure nous décrit la vie et les anecdotes d’un refuge d’altitude qui est une véritable prouesse technologique mais qui conserve bien des contraintes.

Le nouveau refuge du Goûter, prouesse technologique perché à 3.835m sur la voie principale d’accès au mont Blanc, est inauguré ce samedi 6 septembre par Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, 15 mois après son ouverture en juin 2013. Remplaçant le précédent refuge vétuste, amianté et dépourvu de plan incendie, ce drôle d’édifice de 120 places aux allures de spoutnik, devait améliorer le confort et la sécurité des 20.000 ascensionnistes qui chaque été tentent de gravir le toit de l’Europe.

Doté d’un système de réservation transparent et de normes d’accueil strictes, le nouveau Goûter devait aussi mettre fin – ou du moins réduire – le souk régnant aux alentours (ascensionnistes squattant dans le réfectoire ou pratiquant le camping sauvage à proximité). Un pari loin d’être gagné à en croire Amélie Faure, la gardienne de ce navire des cimes, qui nous livre le récit déroutant de ses deux premières saisons d’activité.

En savoir plus….

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.