Moro et Steck de retour à l’Everest?

Lors d’une interview octroyée à nos confrères de montagna.tv, Simone Moro évoque ses projets

Le principal est le Nanga Parbat en hivernal. Ce serait le troisième hiver qu’il passerait au camp de base de ce 8000m pakistanais. Mais il a un problème : trouver le compagnon de cordée. ‘Pas un compagnon sinon LE compagnon de cordée. Pas seulement qui assure et m’aide avec la tente. Quelqu’un comme Denis Urubko, ou David Göttler. Il y en a peu. Je ne dis pas qu’il n’y a pas de gens capables, mais que je cherche quelqu’un qui a un feeling particulier en montagne. David a décidé de se reposer cet hiver après l’expédition ensemble l’hiver passé et Denis ne veut pas y aller, comme cette année, à cause des problèmes de terrorisme dans ce secteur’.

Simone Moro et Ueli Steck, a Namche Bazar. Photo: Ueli Steck/Mountain Hardware

En ce qui concerne le K2 en hivernal (le seul 8000m avec le Nanga Parbat jamais gravit en hivernal), Simone Moro affirme qu’il “ne le tentera pas parce que j’ai fait une promesse à ma femme. Elle a rêvé que je mourrais lors d’une tentative hivernale au K2′.

C’est ainsi que s’il ne peut retourner au Nanga, Simone Moro en compagnie de Ueli Steck pense retourner à l’Everest pour tenter la traversée Everest-Lhotse.
Rappelons que ce dernier avait dit qu’il ne retournerait pas à l’Everest suite au conflit avec les sherpas et à la polémique qui s’en est suivit.

L’année dernière nous avons dû abandonner notre projet et la montagne. Mais nous voulons revenir. Qui plus est, pour la première fois dans l’histoire, le gouvernement népalais nous a rendu notre permis d’ascension. Ils ont considéré delà au vu des motifs particuliers qui nous ont obligé à abandonner, et nous l’ont donné de nouveau. Je ne souhaite pas parler sur qui avait raison dans ce qui s’est passé. Il y a eu des responsabilités des deux côtés.’

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas en post mousson cette année qu’ils tenteront le projet car il y a plus de neige dans la paroi que lors du printemps, et s’ils montent par le couloir Hornbein, les avalanches représentent un danger important. Ce serait donc pour 2015. Pour le moment il ne s’agît que d’une possibilité et qui plus est qui dépend de l’éventuelle tentative hivernale au Nanga Parbat

Source

Le site de Ueli Steck
Le site de Simone Moro

Laisser un commentaire

13 − 2 =