La FFME se mobilise à l’occasion d’Octobre Rose, affirmant la participation de la fédération dans la lutte contre le cancer du sein. Que viennent faire la montagne et l’escalade là-dedans vous demandez-vous ? Il se trouve que l’escalade est une pratique “sport et santé” tout à fait adaptée pour les malades du cancer.

1oct

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à reprendre ou démarrer une activité sportive après un cancer, et parmi elles les femmes atteintes d’un cancer du sein. Les bénéfices de la pratique régulière d’une activité physique ne sont plus à démontrer et sont un facteur d’amélioration de la tolérance des protocoles de traitement et de meilleure observance.
On en parlait sur le site de la FFME l’année passée, la Ligue des Pays de la Loire a lancé un projet Sport et Santé Cancer depuis novembre 2014 en partenariat avec l’Institut de Cancérologie de l’Ouest (ICO). Ils ont imaginé la possibilité d’offrir aux patientes atteintes d’un cancer du sein une activité supplémentaire, en pratiquant régulièrement l’escalade dans un lieu prévu à cet effet dans une salle à Nantes, ponctué en fin de cursus par une sortie en site naturel.
Fort de son succès, le programme se poursuit cette année encore pour la 3e saison consécutive. En quoi l’escalade peut-elle venir en aide aux malades en rémission ?
D’abord parce que la prescription d’une activité sportive s’inscrit dans une démarche générale de prévention
des tentations vers le tabac et l’alcool, vers la réduction de la sédentarité, dans la lutte contre la surcharge pondérale
et l’acquisition de repères nutritionnels.
Au final, une activité sportive démarrée après le traitement du cancer diminue le risque de récidive de 50 à 60 % pour le cancer du sein.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.