Parfois je préfèrerais ne pas comprendre …

Il m’est arrivé souvent d’avoir un parent, un ami, un collègue qui, à force d’arpenter les montagnes, s’y est retrouvé en paix. Il m’est arrivé souvent alors, de me demander pourquoi … et de ne pas comprendre.

Hervé était parti ouvrir une voie, chercher encore une autre route, un autre chemin, pour qu’un jour quelqu’un puisse encore le suivre. Hervé, était un guide.

Pour la première fois j’arrive à répondre à cette question qui vire à l’obsession : pourquoi est-il resté là-bas ?

Pourquoi est-il resté là-bas ???

… à cause de la barbarie des hommes.

Ce soir, en pensant à sa famille, à ses enfants, à ses amis, à ses collègues, ce soir je me dis … que je préfèrerais ne pas comprendre.

Paul Bonhomme

Laisser un commentaire

10 − 5 =