Philippe Ribière : une médaille méritée

 La troisième place du français Philippe Ribière aux championnats du Monde d’handigrimpe a jeté un éclairage nouveau sur cette pratique pour laquelle Philippe s’est battu depuis des années.

Petit retour en arrière

Philippe ‘Petitou’ Ribière n’est pas un inconnu pour les kairnautes. Fortement impliqué dans le développement et la pratique de l’escalade, on lui doit notamment le Handigrimpe. (Voir la présentation du Handigrimpe par Philippe)
En 2005 nous avions fait une première interview de ‘Petitou’

Grimpant depuis 1994, il se donnait comme objectif ‘Pousser mes limites dans le bloc et je pense qu’effleurer le potentiel de force que j’ai.’

En ce qui concerne les relations avec les institutions (FFME, FCAF, FFSH… ?) et comment perçevaient-ils son action ?
FFME : Localement elle attribue à l’association Handi-Grimpe des subventions pour le fonctionnement et mise en place de cette journée
FCAF : Pas encore vu
FFH : Aucune. Comme je signale dans un magazine français, cette fédération représenté par un DTN a eu la sagesse de me descendre en règle et me traiter de parasite… Donc a ce jour, plus de nouvelles… mais je reste ouvert. A eux de faire le pas. Car j’ai assez donné de ma personne pour me faire gentiment avoir.
Comment mon action est perçue ? Il me semble que les grimpeurs sont assez intelligents de penser par eux-même. Je n’ai aucun rôle social ou message à faire passer. Je suis juste là comme vous. Pour tout te dire, j’en ai vu de belles têtes d’hypocrites et les sens a 3000 km maintenant. L’utopie m’a joué de bien mauvais tours.

A titre général, je ne veux plus être pris pour un con sous prétexte qu’en étant handicapé, certains pensent que je ne sais pas m’exprimer. J’ai des yeux, des oreilles et un cerveau donc en vouloir toujours plus sans compensation… c’est le gros délire !!. Cette dernière phrase vaut également pour tous ceux qui croient que je me fais du pognon avec mon handicap. Il ne faut pas oublier que je vis avec 500€/mois (en dessous du seuil de pauvreté) et financer mes déplacements sur les démonstrations que j’ai pu faire. Halte aux sketches

En ce qui concerne les partenaires ‘Mon premier partenaire a été Béal en 1999. Cet appui en a suscité d’autres, notamment celle de la marque de vêtement Také puis de Petzl, de Prana, la Sportiva, The Nort Face…’

Après le Handigrimpe, il y a eu l’Evolution Tour en 2010 (Voir le trailer) et enfin un film (voir le teaser de Wild One) sur notre grimpeur aux doigts tordus (voir l’interview vidéo de Philippe par kairn.com  a propos de ce film)

‘A la base j’étais un handicapé qui faisait de l’escalade, puis un grimpeur handicapé, puis un grimpeur professionnel. Il m’a fallu 15 ans pour changer les mentalités’

Avant les championnats du Monde, Philippe avait fait un point sur le paraclimbing et sur son parcours lors d’une interview avec nos confrères de Nospot

6 ans plus tard, Philippe Ribière devient le premier français a décrocher une place sur le premier podium de championnat du Monde de Paraclimbing. (Voir en vidéo le run de Philippe lors de la compétition)

Philippe a livré ses impressions après son podium dans une interview à nos confrères de Grimper

Et maintenant?

Maintenant il faut espérer que l’intérêt suscité par ces premiers championnats du Monde de paraclimbing et cette victoire française ne soient pas uniquement liés a la recherche du Graal de l’olympisme, tant en ce qui concerne les fédérations que les médias, et que ce coup de projecteur montre un intérêt sincère de la part des différents acteurs du milieu. Espérons que ce coup de projecteur permettra également a d’autres handicapés de s’investir dans cette pratique et de créer une véritable dynamique.

Pour philippe :
LA FFME :
J’attends désormais de la FFME une aide particulièrement conséquente sur la communication. Même si les évènements Hand-Grimpe fonctionnent, tout est encore très lent. Je m’explique !
Un grimpeur handicapé n’est pas forcement prêt pour faire de la compétition. Ceci dit, le fait que j’obtienne une médaille de bronze et une 4ème place en difficulté doit provoquer une bonne dynamique qui doit aller dans leur sens. Ici au Paraclimbing, nous ne parlons pas de compétitions mais plutôt de partage. Car nous savons que nous avons des handicaps différents. Alors, la fédération doit travailler la main dans la main avec la FFH et FFSport Adapté pour les inciter à se mobiliser. Encore une fois, il est plus facile de critiquer les valides et les médias sur l’absence de grimpeurs handis mais c’est aux handis à se bouger les fesses. Si tu as une revendication; tu sors dans la rue pour protester. Non ? Là, c’est pareil…tout ne tombe pas du ciel.

Que vais-je faire ?
J’ai déjà approché les instances fédérales internationales avec Pierre-Henri Paillhason et Jérôme Meyer pour statuer sur un représentant des grimpeurs handis pour que ce dernier protège les sportifs handis.
Par exemple, au WChampion, il n’y avait pas de ‘price-poney’ les catégories handis ont été faites à la ‘va-vite’ et beaucoup se sont sentis lésés par cela. Par exemple, en difficulté, j’ai fait une compétition avec les trois premiers qui n’avaient pratiquement rien. J’ai eu l’impression de me faire voler ma place. Mais bon ..!  Autrement, les informations arrivaient au goutte à goutte comme pour les visites médicales qui ont été faites par un médecin généraliste. Ce n’est pas comme cela que tu peux juger sur le véritable handicap. Donc je travaille avec le Japon, les US, les Italiens, les Espagnols pour créer une communauté de grimpeurs. Nous verrons ensuite comment évolueront les choses avant Bercy. Je connais aussi la chanson. Pour l’instant, il y a un focus sur moi mais attendons si les paroles sont suivies des actes.

Affaire a suivre…’

Handi-Grimpe :
C’est mon bébé. Cela fait presque 9 ans que cela existe mais j’en ai un peu assez de cela. Rien ne bouge vraiment du côté des grimpeurs. Personne ne vient participer aux Handi Grimpe, à part si je lance des invitations de ‘guest’. Ce que je trouve dommage est que l’on attend souvent d’être confronté directement au handicap pour se rendre compte de notre ignorance. C’est dur ce que je dis mais cela est la réalité. N’attendons pas d’être au pied  du mur pour changer. Et cela marche aussi pour toute autre sujet comme l’écologie, les fermetures de falaises, des prises taillées, etc…

Nous sommes tous petits par rapport à la nature.’

Dernier mot :
Je suis fier de ramener l’unique médaille -jusqu’à présent- qui manque a l’Equipe de France, Il fallait compter sur l’handicapé de service, non ?’

Merci a Philippe pour le travail effectué depuis de nombreuses années. Cette médaille se mérite tant sur le plan sportif que pour l’investissement dans le développement et la reconnaissance de la pratique handigrimpe.

Laisser un commentaire

14 + dix-neuf =