Plus populaire que jamais, Lyon Free VTT 2012 accueille 9 842 participants.

 Ce dimanche 16 septembre ce sont près de 10 000 passionnés qui se sont retrouvés à Lyon pour les journées du patrimoine.

3 440 se sont lancés sur le parcours expert de 55 km.

3 502 sur le parcours sportif de 23 km, et 2 900 personnes ont participé au parcours Découvert du Patrimoine de 23 Km. 

Ce grand rassemblement de VTT en ville enregistre près de 400 participants en plus par rapport à 2011. Rattrapé par son succès, quelques bouchons ont perturbés l’avancé « normale » du raid sur certains passages.

 

Photo : Gilles Reboisson

Ce raid urbain unique en Europe invite chaque année toutes les familles de pratiquants à redécouvrir la ville sous un autre angle grâce à des parcours urbains, ludiques, techniques et touristiques. 

Cette édition anniversaire fait la part belle aux 10 spots (les best « of ») préférés par les participants depuis 10 ans tels que le stade de Gerland, le parking LPA des Célestins, le vélodrome du parc de la tête d’Or, le passage Gonin dans le parc des Chartreux, la piste de la Sarra, Le théâtre Gallo-Romain de Fourvière, la montée du Gourguillon, le chemin du Rosaire, Le chemin du bois de la caille entre Lyon et Caluire, la traversée de l’Ile Barbe….

La Lyon Free VTT est devenu un évènement phare dans le milieu du VTT.

En tout cas, c’est avec un grand plaisir que tous les participants ont arpentés les rues de Lyon, sous une organisation du tonnerre quant au nombre de bénévoles, au fléchage, à la sécurité, au nombre de ravitaillement, à la qualité du ravitaillement finale bien sûr, et à la richesse de ce parcours unique.

 



Photo : Gilles Reboisson

 

En quelques chiffres, la Lyon Free VTT c’est :

8 000 heures de préparation et d’encadrement

750 le nombre de panneaux signalétiques mis en place sur les 56 km de parcours cumulés dans le centre ville

300 bénévoles sur le week-end

600 encadrants au total sur la manifestation

Environ 30 policiers municipaux, 40 agents de sécurité, 50 secouristes, et 9 opérationnels d’Extra-Sports

 

Témoignage d’Aurélien Fuster, concurrent de ce raid depuis plusieurs années :

La Lyon Free VTT est pour moi une rando atypique qui permet de mêlé d’une part le côté technique du VTT, avec un parcours suffisamment exigeant pour satisfaire les initiés, et d’autre part le côté promenade, grâce à une ambiance conviviale et un parcours des plus orignal permettant de découvrir la ville autrement.

C’est aussi l’occasion de rencontrer d’autres passionnés de la bicyclette de montagne et de partager nos expériences que ça soit lors des ravitos ou dans les bouchons (lyonnais) aux entrées des singles surchargés.

 

 Photo : Gilles Reboisson

 

Points forts 2012 :

– D’un point de vue « découverte », le parcours 2012, comme celui de l’année passée, était très intéressant avec ces petites ruelles pavés et ces nouveaux passages « secrets ».

– L’encadrement et le guidage du parcours a été irréprochable malgré certaines remarques de la part des plus grincheux du peloton.

– Cette année nous avons pu réellement apprécier les ravitaillements par la qualité et la quantité de la nourriture proposée, mais aussi par leur localisation permettant de réguler (un peu) le monde comme celui situé avant la descente de la Sarra.

 

Point faible 2012 :

– Les embouteillages ! Pour ma part j’ai trouvé la course beaucoup plus saturée que l’an passé, que ça soit avant les singles (ou pas d’ailleurs) et dans les escaliers. Je suis conscient qu’il est (très) difficile de gérer autant de cyclistes (et de niveaux différents) sur un 3 parcours à travers Lyon, mais ça reste le point noir de la rando, empêchant de « prendre des G » dans les descentes abruptes et surtout augmentant les risques d’accident… [« À bon entendeur, salut ! »]

Le problème est complexe certes, mais limiter les inscriptions ou espacer un peu plus les départs par exemples, pourraient déjà réduire les bouchons…

– Malgré un joli parcours, je pense que les plus aguerris regretteront son manque d’intensité par rapport à 2011 : de nombreuses descentes en escaliers supprimées et un dénivelé+ moins important (Critique à nuancer à cause d’un changement de parcours non prévu dû à un accident).

– Les ravitaillements auraient mérités d’être plus espacés, mais ceci n’est qu’un détail…

 

Pour conclure, c’est un très joli parcours de VTT urbain qui est devenu un des plus grands rassemblements cyclistes en France notamment grâce à son concept original. En effet, il permet de satisfaire un large public, même si les amateurs de sensations fortes l’apprécieront plus comme une balade sportive plutôt que comme une course cross-country classique. Vivement l’année prochaine !

 



 Photo : Gilles Reboisson

 

Interview de Michel Sorine, organisateur de la Lyon Free VTT :

– Près de 10 000 coureurs étaient attendus dimanche, à la création de la course, pensais-tu à un tel succès quelques années plus tard ?

Nous avons atteint 10 000 personnes dès la 4eme édition. La participation s’est stabilisée pour devenir plus populaire aujourd’hui qu’a ses débuts; en 2003, une majorité de vététistes choisissait le parcours le plus long. Aujourd’hui c’est équilibré avec les parcours plus courts

– D’après toi, qu’est-ce qui fait l’éclat de cette course ?

C’est une rando de VTT urbaine unique en Europe. Très ludique car le parcours change chaque année, on y redécouvre la ville et pour une fois, les vélos ont priorité sur les voiture. Un événement unique pour une ville unique car très variée, très belle (des points de vue sublimes)

– Comment sont dessinés les parcours et par qui ?

C’est moi qui ai tracé les premières éditions puis désormais on reprend grosso modo les mêmes passages dans un ordre différents avec des petites nouveautés chaque année. En 2012 ; le passage dans le tunnel de la Croix Rousse, le fort de Vaise, …

– Si tu as des conseils à donner, où faut-il s’arrêter en priorité pour admirer Lyon ?

Les hauteurs de Fourvière restent un must, mais le plateau de Caluire ou de la Croix Rousse offre de belles perspectives également.

– La Lyon Free VTT se déroule en même temps que les journées du patrimoine, est-ce un hasard ?

C’est plus un hasard qu’une volonté car il y a parfois conflit d’usage, mais nous y participons en quelque sorte car les vététistes ont accès à divers sites, mais en vélo : Théâtre gallo romain, Vélodrome du Parc de la Tête d’or…

Photo : Gilles Reboisson

Merci à Gilles Reboisson pour son don de photos, merci à Michel Sorine pour son accueil et à Aurélien Fuster pour avoir répondu à mes quelques questions.

 

 

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.