Première à l’Epena pour Pierre Tardivel

Première descente à skis de la Pointe orientale de l’Epéna, le 22 Avril 2010, avec Eric St Bonnet. A partir du refuge Félix Faure, au dessus de Pralognan, en Vanoise.

Depuis longtemps, ces deux pentes m’attiraient. Je suis souvent monté au  Col de la Grande Casse, et à chaque fois je rêvais de ces névés suspendus. J’ai d’abord réalisé le plus évident avec Marco (après 3 tentatives tout de même !)
J’ai mis du temps à me décider pour essayer le deuxième, sur la Pointe Orientale : la falaise inférieure est plutôt inquiétante. Au fil des années, la motivation est devenue suffisamment forte.
Le 22 Avril, accompagné par un fort skieur de Val d’Isère, je me suis attaqué à ce mur, armé de nombreux pitons, sangles et friends, sans aucun renseignement sur cet itinéraire.
Bonne surprise au pied du mur : il y a un dièdre bien marqué, et ça n’a pas l’air trop dur.
Résultat : 80 m en 2 et 3, avec dans le haut un court passage en dalle, délicat avec les chaussures de slalom et les crampons. Par contre, il n’est pas évident de poser des protections.
Autre bonne surprise : 2 relais de rappel déjà en place; sans doute un itinéraire de descente pour les alpinistes. (ne pas oublier de prendre un marteau-piolet pour replanter les pitons).
J’ai préféré grimper sans sac, et suis monté directement au relais supérieur en corde à simple à 80 m. Puis Eric m’a rejoint en portant son sac. Il a alors continué vers le sommet pendant que je redescendais en rappel pour récupérer mon sac. Je suis alors remonté en m’assurant sur bloqueur.
Quand j’ai attaqué l’ascension du névé supérieur, Eric arrivait déjà au sommet.
La pente est plutôt large et bien skiante, aux alentours de 45°.
Nous avions une neige printemps bien transformée et très stable; montée rapide.
Grand beau temps, pas de vent, magnifique paysage.
On doit malheureusement chausser 2 m sous le sommet, à cause des rochers.
La descente était agréable et rapide; du vrai bon ski. Beaucoup d’ambiance sur ce névé aérien.
De retour à la falaise, on désescalade d’abord 20 m en neige jusqu’au relais où on enchaîne deux  rappels. J’avais une corde statique de 100 m (2 kg).
Il est préférable d’avoir 2 piolets chacun.
Il est bien de dormir au refuge du Col de la Vanoise pour partir tôt (et bien manger !)

La difficulté de ces deux itinéraires réside dans les passages rocheux à la montée. C’est vraiment du Ski-Alpinisme, et il faut vraiment aimer grimper pour y aller. Ce sont des beaux sommets, très rarement fréquentés. J’ai beaucoup apprécié ces aventures, même si on a passé plus de temps sur les cailloux que sur les skis; le mélange de ces activités me plaît.
Une forme d’alpinisme complexe et ludique.

J’espère que d’autres éprouveront là les mêmes plaisirs.’


Le blog de Pierre

Voir le reportage photos.
ad NCV

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/6f7a26ffab24db51e03c89870151ed91/kairn/wp-content/themes/Newspaper_kairn/includes/wp_booster/td_block.php on line 353

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.