QU A-T-ON VU DANS LES QUALIFICATIONS DES CHAMPIONNATS DE FRANCE DE DIFFICULTÉ ?


Vous n’êtes pas à Pau ce week-end ? Avant de suivre en direct les phases finales de demain grâce au streaming live, voici quelques éléments clés des compétitions du jour.

A Pau ce matin, on a croisé une équipe d’ouvreurs. Avec à sa tête Corentin LE GOFF, le sélectionneur des équipes de France de difficulté. Une idée directrice pour ouvrir en qualifications Corentin ? Créer des voies « pas trop dures pour que ça sorte », pour que les grimpeurs parviennent à s’exprimer. Objectif rempli Corentin ? « Je l’espère, mais j’avoue que nous avons eu du mal à nous acquitter de ce cahier des charges. Compte-tenu des contraintes de l’infrastructure (un mur atypique avec beaucoup d’angles, de cassures, de fissures et assez peu de dévers) et de notre envie de ne pas dessiner des voies basiques « main droite, main gauche », on a du mettre pas mal d’intensité et de technicité dans nos tracés. »
L’équipe d’ouvreurs – l’entraîneur national est entouré de Florence PINET, Gérôme POUVREAU et Mike FUSELIER – a du composer avec ces reliefs peu communs et avec la volonté de ne pas définir de zones interdites pour éviter les disqualifications pour maladresse.
Le résultat ? Des voies résistantes (8a+ pour les hommes et 7c pour les femmes), mais avec des contraintes techniques élevées. « Hier on a mis du temps à essayer de rendre les voies plus faciles : cela devrait permettre aux grimpeurs les moins en forme d’évoluer un minimum dans la voie. Au final, je pense que nous avons proposé une belle escalade aux grimpeurs. »
Lire l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.