Quand Herzog et Rébuffat étaient les meilleurs amis du monde

Nous sommes en 1946. Gaston Rébuffat travaille à l’écriture de son premier livre ‘L’apprenti montagnard, les cinquante plus belles courses graduées du massif du Mont Blanc’. Une idée originale qu’il reprendra avec le succès que l’on sait en 1971 avec la fameuse série des ‘100 plus belles courses’ : descriptions d’itinéraires assorties de considérations rébuffiennes. Il a donc établi une liste de cinquante courses intéressantes qu’il se propose de décrire. Le problème, c’est qu’il ne les a pas toute faites. Normal, il n’a que 25 ans. Alors, il fait appel à quelques amis sûrs qui ont gravi les itinéraires qui manquent encore à sa liste de courses. Maurice Herzog répond immédiatement en fournissant non seulement les renseignements demandés, mais en livrant au passage quelques réflexions sur la montagne et son approche. Avec un commentaire amical : ‘Tu peux bien sûr compter sur ma discrétion’. De fait, il ne revendiquera jamais la paternité de certaines citations intégralement reprises par son ami Gaston. Et pourtant…

A lire sur le blog de Yves Ballu

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.