Quelques mots avec Adam Ondra après sa répétition de FRFM, 9b

Quasiment un an jour pour jour après avoir dérouillé la « Dura dura » 9b+ à Oliana, et en guise de cadeau pour son 21ème anniversaire, Adam Ondra, le mutant tchèque a réalisé il y a une semaine la première répétition de la voie très courte et mythique de Chris Sharma à Margalef, « First round first minute », 9b. Retour avec l’intéressé après cette belle réalisation.

Photo : Vojtech Vrzba / Climb4Fun

– Kairn : Combien de temps as-tu mis pour réaliser ‘FRFM’ ?

– Adam : J’avais bossé la voie deux jours l’été 2011, un jour en 2012, 2 jours en novembre dernier, et là 5 jours sur ce séjour, mais avec seulement 3 jours avec des conditions acceptables.

– Kairn : Pour toi, quel est le mouvement ou la chose la plus difficile à acquérir pour réussir “First round” ?

– Adam : le coincement de genoudans la section dure du bas est vraiment décisif. Tu dois le placer parfaitement pour pouvoir faire le clippage difficile. Je n’arrivais pas à le poser correctement avec une genouillère, et j’ai trouvé une astuce en utilisant du scotch « tape » sur mon pantalon au niveau de la cuisse de manière à adhérer au mieux sur ce genou un peu humide, de sorte qu’il ne glisse pas trop. Si j’arrivai à placer parfaitement mon genou, cela me permettait d’arriver un plus frais dans les deux derniers mouvements durs de la voie : du mono à l’arquée, puis lolotte et le dernier blocage jusqu’au plat. Mais dans l’enchainement, j’ai quand même failli tomber après ces deux mouvements, parce que je n’ai pas eu le plat parfaitement et que j’étais très très pété.

Photo : Vojtech Vrzba / Climb4Fun

– Kairn : Cette voie a demandé à Chris un investissement colossal, comment était ton combat pour vaincre cette voie ?

– Adam : C’était d’avantage une lutte pour attendre les bonnes conditions, avec la pression de savoir que je pouvais la réussir quand les conditions étaient là. Je me sentais en bonne forme quand je suis parti en Espagne , donc je voulais commencer à essayer la voie en mettant des runs du bas. Mais cela n’a pas été une bonne idée, en raison de deux prises mouillées. Chaque jour qui passait faisait penser qu’avec le soleil la voie pouvait sécher mais une averse venait tout gâcher et les prises continuaient à résurger et mouillaient de plus en plus… J’ai d’abord pensé à un stratagème pour arriver à mettre des essais. Les prises mouillées étaient juste à droite du second point, donc j’ai tenté de sécher la colonnette avec une serviette, mais le temps de redescendre au sol après l’opération de séchage et de commencer à grimper, c’était de nouveau humide… J’ai donc eu besoin d’un assistant pour maintenir la serviette avec un morceau de bois du sol sur les prises mouillées pendant que je commençais à mettre un run. Cette méthode, a relativement fonctionné, car malgré le fait que ce soit un peu humide, je suis tombé dans la dernière section lors d’un bon essai. J’ai essayé la voie 3 jours comme cela, puis j’ai abandonné, les prises devenant de plus en plus humides. Après deux jours de repos, les conditions se sont enfin améliorées et j’ai pu y retourner. Mais toujours avec cette colonnette humide au début. J’ai fini par réussir à la sécher en mettant du papier toilette autour, notamment sur l’origine de la résurgence, et à ma grande surprise, la prise a séché en 5 minutes. Mais je ne pouvais pas l’enchainer ce jour-là, étant fatigué après un 3ème bon essai où j’ai chuté dans le crux du haut. J’avais mis le premier essai du jour au soleil, ce qui a été une erreur, car malgré des prises plus sèches il faisait trop chaud. J’ai dû patienter le lendemain soir quand la voie était à l’ombre en fin de journée pour pouvoir l’enchainer.

Photo : Vojtech Vrzba / Climb4Fun

– Kairn : La voie est courte comme Vasil Vasil ou La Capella, est-ce que ce style de voie est le futur des voies dures en falaise pour toi ?

– Adam : Ce style de voie me convient très bien, et je pourrai dire que pour moi c’est le seul moyen de progression pour moi. Ceci étant les longues voies de conti sont aussi très motivantes aussi pour moi.

« Frfm » est une voie d’endurance de force, courte explosive, mais avec des mouvements qui ne sont pas super durs individuellement. Le problème est de les empiler. Les mouvements sont sympa et cela a été plaisant de grimper dedans.

Photo : Vojtech Vrzba / Climb4Fun

– Kairn : Que penses-tu de la cotation de la voie par rapport aux autres voies de ce niveau que tu as réalisé ?

– Adam : 9b va très bien. Si je la compare à Vasil Vasil, c’est définitivement plus facile.

– Kairn : Pour toi, quelle est la principale différence dans le processus entre realiser des répétitions de voies plutôt que de faire des premières ascensions ?

– Adam : Des fois, connaître les méthodes aide définitivement. Si Chris avait vu une methode plus facile dans le crux, il l’aurait enchainé plus rapidement. Mais faire des premières ascensions ou des répétitions reste de l’escalade, l’objectif est d’aller en haut. Tu dois avoir d’avantage de motivation pour finir le job quand tu réalises des premières, car tu as fait des efforts avec l’équipement et le nettoyage avant. Mais les deux processus sont bien et c’est intéressant de combiner les deux.

Photo : Vojtech Vrzba / Climb4Fun

Laisser un commentaire

seize − douze =