Réaction de Valérie Fourneyron, Ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative, suite au décès d’Emile Allais

 « C’est avec une grande tristesse et beaucoup d’émotion que j’ai appris le deuil qui frappe le monde du ski français avec le décès d’Emile ALLAIS, à l’âge de 100 ans.

Avec lui disparaît un pionnier infatigable. Premier médaillé olympique tricolore en ski alpin en 1936, il était définitivement entré dans l’histoire un an plus tard, à Chamonix en devenant le premier Français médaillé d’or aux championnats du monde. Il avait à cette occasion réalisé le triplé descente, slalom, combiné.
Emile Allais avait la passion du ski chevillée au corps et n’a eu de cesse d’innover et d’inventer toute sa vie pour contribuer au développement de sa discipline et au rayonnement de l’école française. On lui doit la première méthode française de ski publiée en 1937. C’est également lui qui créa l’École nationale du ski français sous l’égide du ministre des Loisirs et des Sports Léo Lagrange. Il en porta d’ailleurs la médaille n°1 en devenant le premier moniteur diplômé français. Connue aujourd’hui sous le nom d’Ecole nationale du ski et de l’alpinisme, rattachée au Ministère en charge des Sports, cette institution a formé de nombreuses générations de moniteurs pour qui Emile Allais fait figure de ‘père’.

Curieux et ouvert d’esprit, il avait mis à profit ses nombreuses expériences professionnelles à l’étranger, notamment aux Etats-Unis, pour créer les toutes premières stations de ski modernes, inventer le métier de pisteur secouriste ou encore inspirer les équipements les plus innovants.

Rares sont les athlètes qui auront marqué d’une empreinte aussi indélébile leur sport. Emile Allais fût une figure du ski français, un précurseur et un modèle d’engagement.

Je m’associe à la douleur des siens, et j’adresse mes sincères condoléances à tous ceux qui l’ont connu et aimé. »

Laisser un commentaire

trois × un =