Récit : nouvelle grande-voie à la Croix des Têtes en Maurienne

« Cherche Sherpa Pas Cher », Croix des Têtes

7b+ max / 7a obl / 280m

Ouverture le 22/08/2012 par Sylvain & Vincent Thiabaud

 

 

15 août, bientôt la fin des vacances.. déjà !!

Pleins de projets réalisés cet été avec le frangin, mais déjà tellement d’autres qui occupent notre esprit. Nous ne sommes pas encore allés rendre une visite de courtoisie à la Croix des Têtes cette année, pas en ce qui me concerne en tout cas. Pilier calcaire de 600m trônant au milieu de la vallée de la Maurienne, cette face m’interpelle chaque matin où je l’aperçois depuis la maison.. La paroi est un peu sortie de son anonymat avec le topo de P. Mussato qui détaille plusieurs voies sur les différentes facettes : Voie d’Héléna sur le petit pilier, Happy Birthday sur le grand pilier et Choucas’ Kouille sur la face de droite. Nous n’avons encore jamais grimpé sur cette zone de la paroi, plus raide et moins longue ; cela passe à la journée.. Let’s go !!

 

J’ai du mal à me souvenir de la voie. Elle était magnifique certes, mais c’est surtout le mur vierge à sa gauche qui me revient à l’esprit avec excitation !! Mon cerveau d’équipeur est en marche : un mur vierge, et là une ligne qui se dévoile, des formes démentes, ici un relais avec une petite marche en plein mur, des longueurs immenses, juste ce qu’il faut comme prises… Nous ne sommes même pas au sommet de Choucas’ Kouille que j’envisage déjà de revenir ici. Je n’ai jamais équipé de grande voie, il faut bien commencer un jour, pourquoi pas demain ?!?..

 

 

Le temps de préparer un peu de matériel, récupérer quelques cordes statiques (enfin 300m quand même), évaluer la quantité de points nécessaires, scruter les photos et les associer aux souvenirs pour identifier la meilleure ligne possible… Il faut se rendre à l’évidence : trop de bordel à monter là-haut en une seule fois ; il y a 900m de dénivelé pour environ 2h30 de marche avec des sacs bien remplis. Je fais donc un 1° portage de 25kg pour monter 110 points et 150m de cordes. Vincent en fait un second avec des potes (merci au passage à Alex et Vince). Il est temps d’y aller !!

 

22 août, départ à 6H avec des sacs encore bien lourds : de la corde, le perfo et beaucoup de bordel…2 ou 3 gros éclairs de chaleur en sortant de la voiture nous font douter : est-ce que la météo s’est encore plantée ?!?.. Nous décidons d’y aller en espérant ne pas prendre un orage sur la tête. Nous sommes à 8h30 au passage dit de « tut-tut », arrivée  de notre future voie. Vincent fait un aller-retour pour récupérer le reste du matériel caché un peu plus bas. 9H, la gorge résonne des 1° coups de perfo : c’est dément, des cannelures tellement profondes que ça ressemble à des colonnettes. Arrivée sur la vire pour se décaler. Et c’est reparti : descendre sur la stat, essayer de se repérer entre le caillou devant les yeux, les photos et les souvenirs, trouver la meilleure ligne, l’emplacement des relais, les prises. Quelques écailles et blocs tiennent par miracle dans cette face raide ; je les aide non sans un certain plaisir à rejoindre le pied de la face. Les impacts résonnent et deviennent presque flippant. Les deux grimpeurs engagés ce jour dans « Fête des pères » sur le grand pilier doivent encore s’en souvenir. Engager mais pas trop, chercher à faire de grandes longueurs, pour de futures belles envolées… Admiratif devant les merveilles sculptées par l’érosion et le temps.. Juste ce qu’il faut où il faut ; ni plus, ni moins..

 

Enfin le pied de la face, juste à côté du départ de Choucas’ Kouille. Il n’y a plus qu’à remonter 280m à la jumar, brosser un peu, essayer de se souvenir des passages clefs en espérant y revenir le plus vite possible pour grimper dedans !! Remontée longue et fastidieuse, c’est vrai que les longueurs sont immenses. Si à la descente les sacs sont de plus en plus légers, à la montée c’est l’inverse : ils se remplissent de cordes, mousquetons et de tout ce que nous avons posé en descendant. Enfin le sommet de la face, fracassés mais heureux d’avoir réussi à terminer en une seule journée, d’avoir une nouvelle voie à essayer juste à côté de la maison, d’avoir réaliser un rêve de gosse en ouvrant une grande voie…Le retour est moins drôle, il faut redescendre tout le matériel et les sacs frôlent les 30kg. Le ciel est de plus en plus menaçant, à peine arrivés à la voiture, un orage éclate juste au-dessus de nos têtes, ça pète dans tous les sens.. timing serré mais nickel 🙂

 

Reste à savoir comment l’appeler. Un nom de voie n’est jamais anodin, j’en ai des dizaines en stock mais aucun ne me convient vraiment. Il y a souvent une signification, un but, un message à faire passer, ou simplement un nom sympa. Ouverte le 22/08, on aurait pu l’appeler « 22 v’la les flics » mais ça nous branchait pas… Un jeu de mots avec l’orage et le déluge qui a suivi ? Rien de transcendant non plus… On en a bien bavé pour les portages montée et descente, je lâche sans réfléchir « Cherche sherpa pas cher » et Vincent accroche direct. Vendu

 

Plus qu’une semaine avant de quitter la Maurienne pour le sud-Ouest. Si je n’y vais pas maintenant, il faudra attendre l’été prochain pour essayer cette voie : impensable !! 27 août : départ à 7H avec Jean-Baptiste. Temps parfait, les températures ont bien chuté ces derniers jours et la face passe au soleil vers 13H.

 

L1 : 4+ en commun avec Choucas’ Kouille, où JB tombe nez à nez avec un chamois.

L2 : départ en dalle, puis une succession de petits toits en traversée, un pas de bloc et une fin dalleuse. Une prise cassée et un pas de bloc retord me valent deux belles chutes. Je pensais autour de 7a pendu dans le baudrier, ça ressemble d’avantage à du 7b+

L3 : longueur interminable de 55m, bien technique, avec un pas obligatoire au milieu. 7B+

L4 : toute aussi longue, mais avec une fin dans un dièdre, moins soutenue, 7a

L5 : petite longueur de transition sur une vire.

L6 : longueur de 50m en 6c avec une fin sur des cannelure-colonnettes magiques.

L7 : courte longueur en 4 pour sortir sur le sentier de la voie normale.

 

Accès : vallée de la Maurienne, depuis St-Martin la Porte, suivre la direction de la Planchette et se garer juste avant le hameau du même nom (petit parking sur la gauche). Suivre le sentier jusqu’au pin brûlé (1H30 à 2H) où il est possible de bivouaquer pour les voies plus longues. Emprunter la via ferrata (mauvais état, attention) qui descend au pied de la face. Après avoir traversé une gorge marquée, suivre une sente horizontale passant au pied des voies de la face sud-ouest : « Passager clandestin » et « Tout à fait Thierry ». L1 commune avec Choucas’Kouille : relais 2 long-life au début de la longueur.

Orientation : sud-ouest, la face est à l’ombre jusqu’à 13H en été

Matériel : corde de 60m indispensable, 16 dégaines + relais

Rappels possibles mais la redescente par la voie normale est conseillée

 Le topo sera disponible sur le site www.jegrimpe.com, rubrique topo

 

Bonne grimpe à tous

 

Merci à JEGRIMPE, RAB et ROCK EMPIRE

 

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.