Riders on the Storm ? Ines Papert et Mayan Smith-Gobat en Patagonie

Le 6 février 2016, les alpinistes Ines Papert et Mayan Smith-Gobat, accompagnées de leur ami et photographe Thomas Sen, ont gravi le Torre Central, dans le Parc national Torres del Paine (Chili) par la voie Est, la plus difficile. Réussissant la 5e ascension connue du Riders on the Storm, vingt-cinq ans après la première ascension de cette voie historique, dont les conditions météo instables transforment toute ascension en défi.

Le sommet Riders on the Storm (2 800 m) a été conquis par Wolfgang Güllich, Kurt Albert, Bernd Arnold, Peter Dittrich and Norbert Bratz en janvier 1991, en quinze jours d’escalade au cours d’un séjour de six semaines. Cette magnifique voie de 1 300 mètres sur le versant Est du Torre Central est cotée 7c. La montée est très variée et exigeante, de la voie étroite et difficile aux voies larges fissurées et en dévers, qui étaient souvent entièrement recouverts de glace.

Cette voie n’avait jamais été ouverte en technique libre, bien que de nombreux grimpeurs aient déjà essayé. L’objectif d’Ines et Mayan était d’ouvrir cette voie, mais, comme leurs prédécesseurs, à cause des conditions météo, elles n’ont pu atteindre leur but. Elles ont tout de même réussi à grimper les deux longueurs les plus difficiles qui n’avaient pas encore été tentées et elles ont découvert une nouvelle longueur en technique libre de catégorie 5. « Pour réussir en équipe, nous devions être imaginatifs, utiliser plusieurs nouvelles techniques et allier nos forces, » explique Ines.

« Jamais auparavant, je n’aurais pensé grimper avec une chaussure pour le bloc et une chaussure d’alpinisme avec crampons. Mais sur la 18e longueur, un 7b+, il n’y avait pas d’autre option que d’utiliser cette nouvelle technique. En plus d’utiliser des piolets, à la fois pour grimper et comme protection, » se souvient Ines.

Pour Mayan, ce fut aussi une expérience particulière : « La main et le doigt qui agrippent directement la glace a été un défi assez déplaisant. Je déteste grimper sans avoir de sensation dans les mains ou les pieds, pourtant, sur cette voie, c’était comme un lointain souvenir. Cela m’a obligé à utiliser toutes mes connaissances en escalade pour oublier la douleur et réussir à ouvrir les difficiles 29e et 30e longueurs sans aucune sensation et avec les doigts qui n’arrêtaient pas de saigner. »

L’équipe a rapidement décidé de profiter de la météo stable et de se concentrer sur le sommet avant de passer du temps à défricher les longueurs des catégories inférieures. Cette tactique a fonctionné et, après trois semaines de mur, Ines, Mayan et Thomas ont atteint le sommet du Torrre Central à 12h48, le 6 février 2016, lors d’une journée rarement aussi parfaite.

Mais, après cette belle journée, le temps s’est détérioré, avec un vrai temps « patagonien » et rendant toute escalade impossible. Les grimpeuses n’ont pas eu d’autres choix que d’abandonner les deux passages clés de la variante sans aucune ascension.

Leurs nerfs ont été mis à rude épreuve sur ce mur, par la météo, les chutes de pierres et de glace. En pleine nuit, un énorme rocher a manqué de peu de toucher Ines, la laissant assez secouée. Quelques jours auparavant, un morceau de glace avait heurté son casque, le fissurant en deux. Le dernier jour, Ines a grimpé avec une corde qui avait pratiquement été sciée par une chute de pierres. Ces incidents l’ont poussé à prendre une décision. « J’ai eu mon quota de chance sur ce mur. Même si la perspective de revenir ici est très tentante, je pense que le niveau de risque n’en vaut pas la chandelle. En revanche, Mayan est motivée pour revenir et tenter de nouveau cette voie, et pour ça, je lui souhaite la meilleure chance du monde.

Riders on the Storm – Patagonie
Voie : Riders on the Storm
Lieu : Torre Central, face Est, 2 800 m, parc national Torres del Paine, Patagonie, Chili.
38 longueurs, avec la variante en technique libre, sur 1 300 m de voie.
Degré 7c+, 2 longueurs qui n’ont toujours pas été ouvertes
Ines et Mayan ont escaladé toutes les longueurs sauf 4.
Ines Papert, Mayan Smith-Gobat et Thomas Senf, du 16 au 20 février 2016
Nombre de jours d’escalade : 15
Sommet atteint à 12h48 le 6 février 2016
5e ascension connue du Riders on the Storm.

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.