Résumé : les 8 h du Saussois

Fredéric Barbier était au célèbre rendez-vous bourguignon et nous raconte :
Aujourd’hui, samedi 16 juin 2012, j’assiste à mon premier 8 heures du Saussois. Cette année, à défaut de pouvoir grimper et assurer mes amis pour cause de blessure, je vais aller les supporter et prendre des notes sur le déroulement de l’épreuve.
Je pose mes bagages vers les 11h du matin dans le joli village de Merry-sur-Yonne et commence à déambuler sur le site de grimpe mythique. Le site du Saussois est magnifique. Par son emplacement, ce spot de grande renommée n’est pas un massif d’escalade comme les autres, refuge des alpinistes en Ile de France pendant la guerre, terrain d’entrainement de grands noms de l’alpinisme français, le Saussois est un lieu chargé d’histoire.
Au pied des voies, le temps est maussade, la pluie n’est pas loin mais, au grand soulagement des grimpeurs, elle va gentiment rester, toute la journée, à l’écart de notre terrain de jeu.
Les connaisseurs, les pratiquants et les curieux arrivent progressivement dans ce havre de paix et de bonne humeur.
Sortis de leur véhicule, les premiers grimpeurs procèdent aux formalités d’usage : s’inscrire auprès des organisateurs… et oui, en dépit des sourires et nonobstant cette joyeuse humeur, n’oublions pas que la journée des 8 heures du Saussois est une épreuve. Et quelle épreuve !
8 heures d’affilées, les compétiteurs vont se confronter sur les voies sacrées du SAUSSOIS. Des équipes de 2 à 3 grimpeurs sont formées et à l’issue de cette compétition deux classements vont départager les candidats :
1. Un classement par points cumulés (plus la voie enchainée est difficile, plus le nombre de points sera élevé ; la manière (en moulinette ou en tête) sera aussi pris en compte
2. un classement par mètre linéaire gravi (voies enchainées).
Pour ce faire, Pascal et Eric, les BE qui encadrent les opérations, mettent à leur disposition 60 voies référencées et préparées ; jamais à court d’idées, ils ont aussi pris l’initiative d’y laisser des friandises.

Comme chaque année, ces sympathiques BE ont mis en place une épreuve supplémentaire procurant aux courageux volontaires un bonus de points : une belle réalisation, sortie tout droit de leur imagination. Dans le secteur Grande Echelle, ils ont réalisé une voie atypique. Cette option relève autant de l’acrobatie que de la grimpe classique. C’est un parcours qui cumule corde à nœud, corde de spéléo, jeté sur trapèze, traversée à doigts, franchissement d’une échelle de 10 m en devers… et pour finir, il ne vous reste plus qu’à vous lâcher de tout la haut : un plomb de 40 m.
Une épreuve pour les « gros cœurs » !
Ajoutons que les « 8 heures du Saussois », c’est aussi une ambiance conviviale et une réunion de passionnés. Les paysages sont magnifiques et les gens sont accueillants et chaleureux.
Un conseil pour finir ? N’hésitez à venir l’année prochaine ; comme spectateur ou compétiteur, le plaisir est au rendez-vous…
NB : A titre indicatif, les meilleurs d’entre eux parcourent dans cette compétition, environ 2000 m linéaire en 8 heures !

Photo : coll. Fred Barbier

Laisser un commentaire

16 + 10 =