Sécuriser les réseaux écologiques pour préserver les espèces migratrices

Le Pnue appelle dans un rapport publié le 21 novembre, à une collaboration internationale afin de sauvegarder les corridors écologiques et plaques tournantes accueillant les espèces migratrices sauvages menacées par les activités humaines.

Le braconnage, la construction de routes ou de barrages, la dégradation de leurs habitats, la pollution et les effets du changement climatique ou encore les captures accessoires accidentelles dans le milieu marin  »sont autant d’obstacles » sur le trajet des espèces migratrices, prévient un rapport publié lundi 21 novembre par le programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue).

Ce rapport a été présenté à l’occasion d’une conférence sur le sujet organisée jusqu’au 25 novembre à Bergen, en Norvège par la Convention sur la Conservation des Espèces Migratrices (CMS) de la Faune Sauvage ratifiée par 116 pays.

En savoir plus…..

Laisser un commentaire

18 + 10 =