Sean Villanueva O'Driscoll termine sa traversée solo de Torres del Paine

Entretien avec Sean Villanueva O'Driscoll après la première traversée des quatre principaux sommets du massif de Torres del Paine en Patagonie, au Chili. L'alpiniste belge a gravi en solo Torre Sur, Torre Central, Torre Norte et La Peineta du 23 au 26 février 2024 et a appelé l'enchaînement « Travesía Doble M ».

Trois ans après sa traversée révolutionnaire en solitaire du massif du Fitz Roy en Patagonie, et quelques jours seulement après la très convoitée première ascension libre des Riders on the Storm dans le massif du Paine en compagnie de Nico Favresse, Siebe Vanhee et Drew Smith, le Belge Sean Villanueva O'Driscoll a ajouté une nouvelle étape extrêmement impressionnante à sa carrière d'escalade avec un enchaînement étonnant des quatre principales tours Paine.

Du 23 au 26 février, l'alpiniste de 43 ans a suivi l'impressionnante ligne d'horizon du massif, escaladant Torre Sur, Torre Central, Torre Norte et La Peineta d'un seul coup et seul pour réaliser ce qu'il appelle désormais « Travesía Doble ». M ».

Alors que les tours sud, centrale et nord ont déjà été reliées par le passé, c'est la première fois que l'ensemble de l'horizon, y compris La Peineta, est enchaîné. Villanueva s'est entretenue avec Planetmountain pour fournir plus de détails sur ce qu'un expert local Rolando Garibotti a décrit comme « la traversée du Torres la plus longue et la plus complète jamais réalisée« .

Sean, quand l'idée de cette traversée du ciel vous est-elle venue à l'esprit ?
Eh bien, après le Traversée lunaire J'ai commencé à y penser, puis en décembre dernier, cela m'est venu dans un rêve, alors que je me remettais d'une fracture du coude et il semblait que je ne pourrais pas du tout aller en Patagonie. Après Riders on the Storm Je ne pensais pas avoir l'occasion d'essayer, j'avais même abandonné l'idée, mais alors que j'étais sur le point de déménager à Chalten, j'ai vu une fenêtre météo dans les prévisions et j'ai décidé de rester.

Vous avez gravi les quatre tours principales, Torre Sur, Tour Centrale, Tour Nord, puis Peineta. Pourquoi dans ce sens ? Et combien avez-vous grimpé auparavant ?
Je suppose que c'est parce que c'est plus difficile que dans l'autre sens, et c'est plus une aventure. J'avais déjà gravi la Tour Centrale via le Itinéraire de Bonnington, Riders on the Stormle Route sud-africaine et Le cadeau de Mwono. Il y a 18 ans j'avais aussi tenté la Tour Nord avec Nico Favresse : Le dernier espoir sur la face ouest était notre première ascension en Patagonie et nous avons sauté environ 3 longueurs du sommet à cause du mauvais temps. Maintenant, j'avais les topos de toutes les voies, mais je ne les avais jamais gravis auparavant, à l'exception du Itinéraire de Bonnington, comme je l'ai mentionné, il y a 18 ans. Cette fois, c'était mon rappel sur la face nord de la tour centrale.

Combien de matériel as-tu pris ? Et quel style as-tu adopté ?
Double rack au n°2, un n°3, un n°4, des écrous, une cordelette sortante de 10m, une longe, un slogan, des vêtements, un sac de couchage, un tapis, 2 bonbonnes de gaz, un réchaud, des crampons, 2 piolets. J'ai choisi de faire les sections d'escalade en solo, de jumarer avec le sac à dos sur la seconde et de faire en solo les sections de brouillage avec mon sac à dos.

Vous avez donc commencé votre aventure sur la Tour Sud. Comment s’est passé le premier jour ?
Il a neigé et il a plu toute la nuit, je me suis réveillé mouillé, tous les murs autour étaient recouverts de neige, donc je n'étais pas pressé. J'ai quitté Campo Britanico à midi, j'ai remonté seul la vallée de De Agostini et j'ai atteint le pied de la tour sud à 17h30. J'ai été surpris de voir à quel point c'était propre, alors j'ai commencé Le long rêve (900m 60˚ 5.10 A2) sur l'arête ouest de la montagne. Les conditions étaient bonnes et j'ai grimpé les 3 premières longueurs, jusqu'à 21h00. Ensuite, j'ai descendu en rappel jusqu'au grand rebord au sommet du deuxième emplacement, j'ai préparé de l'eau et de la nourriture et j'ai dormi pendant 6 heures.

Le lendemain vous avez continué jusqu'au sommet de Torre Sur
Le matin, le mur était couvert de givre et de glace, il faisait froid. J'ai commencé à grimper à 6h40 et j'ai trouvé cela difficile avec le temps. Sur la deuxième longueur de la journée, une cheminée glacée et peu large, j'ai dû recourir à l'escalade assistée, ce qui a ralenti la progression. Mais ensuite les températures ont augmenté et le givre a rapidement fondu, les conditions étaient ensuite bonnes. C'est un parcours très long, mais superbe jusqu'au bout. J'ai atteint le sommet à 18h30.

Et alors ?
J'ai immédiatement commencé à descendre en rappel semaine (800m) pour profiter des dernières lumières. Les derniers rappels se sont déroulés dans le noir. J'ai atteint le Col Condor vers 23 heures et j'ai dormi ici pendant 5 heures.

Ce n'est pas beaucoup! Ensuite, la plus haute de toutes, la Tour Centrale
J'ai choisi le Kearney-Knight (850m 5.10 A2) sur la face sud-ouest de Torre Central. C'est la ligne la plus évidente. Je suis parti à 6h30 et dans l'ensemble je dirais que la montée a été difficile, j'ai même dû recourir à des aides sur certaines longueurs. J'ai atteint le sommet dans la soirée, à 19h40. Les conditions étaient parfaites là-haut, bien meilleures qu'elles ne l'étaient plus de 10 jours plus tôt, mais je ne me suis pas attardé car j'étais inquiet du mauvais temps annoncé 24 heures plus tard.

Puis sur un itinéraire que vous connaissez bien, le Bonington-Whillans
Eh bien, pas vraiment comme c’était le cas il y a 18 ans. Mais j'ai croisé 3 équipes qui m'ont orienté dans la bonne direction – grazias amigos ! Les derniers rappels vers le Col Bich se sont déroulés dans le noir.

Depuis le col, vous avez sauté directement sur la tour Nord, c'est exact ?
Oui, j'ai décidé de continuer à gravir la tour Nord la nuit via la route de Monzino, mais j'ai commencé à me sentir lent dans ma prise de décision alors j'ai décidé de m'arrêter et de dormir quelques emplacements en dessous du sommet Nord.

Vous deviez être épuisé. Avez-vous déjà pensé à abandonner votre ascension ?
Non jamais.

Donc alors?
J'ai dormi 2 heures, je me suis réveillé avant mon réveil et j'avais hâte de bouger à nouveau. J'ai commencé à grimper vers 5h45 et j'ai immédiatement remarqué que ma prise de décision était bien meilleure et plus rapide.

Continuez jusqu'à la Tour Nord, avec ses 2 sommets distincts. Comment s’est passée l’escalade ici ?
Plutôt facile. Surtout du brouillage. Je viens de faire une erreur sur le premier lancer dans le noir. J'étais 30 mètres trop à gauche… J'ai perdu du temps pour reprendre la route, et j'ai atteint le sommet à 6h25, puis le sommet nord (100m 5,9) à 7h37. De là, j'ai fait la descente en rappel de 450 m Esprit libre jusqu'au col en dessous de Peineta.

Le dernier sommet de cette traversée. Certainement le moins connu. Que peux-tu nous dire sur cette montagne et le parcours que tu as choisi ?
Rolando Garibotti m'avait dit un jour que toute traversée des tours Paine devait inclure La Paineta. Ca a du sens. J'allais gravir une voie plus facile appelée Billy the kidmais ensuite, en rappelant la tour nord, je suis tombé sur le guide local Seba Rojas et il m'a suggéré d'y aller. Steak pur (300m 5.11 A1). Lorsqu'il m'a montré l'itinéraire, cela avait beaucoup plus de sens car il suivait la ligne la plus proche de l'horizon, une fissure du bas vers le haut. Il y a eu quelques passages difficiles où j'ai dû recourir à de l'aide, mais c'est une ligne de roi absolue.

Et puis?
Pour la descente, j'ai continué vers le nord en terrain inconnu. C'était effrayant parce que je ne savais pas si je trouverais des endroits où mettre du matériel pour faire des rappels sur la face nord-ouest… Je me suis retrouvé dans un énorme surplomb, ne sachant pas si mes cordes toucheraient le ravin en contrebas. Quand j'ai tiré sur la corde et qu'ils ont touché le sol, j'ai été soulagé. Et quand mes pieds furent enfin sur terre, je savais que j'avais terminé la traversée, car il ne me restait plus qu'à descendre le ravin jusqu'à Campo Japones. Il était environ 16h30.

Cela fait un peu moins de 3 jours ! C'était rapide! Vitesse contre sécurité ?
Les deux étaient importants et, dans un sens, la vitesse était un gage de sécurité car le mauvais temps approchait.

Pourquoi encore une fois en solo ?
Pour l'aventure et apprendre à me connaître.

Dans quelle mesure étiez-vous seul lors de cette traversée ?
Je n'étais certainement pas seul. J'ai croisé 3 équipes sur les rappels de la Tour Centrale, 2 équipes sur les rappels de la Tour Nord et une équipe sur le sommet de Paineta.

Alors, comment l’évaluez-vous ?
C'était époustouflant de pouvoir marcher dans une vallée, traverser 4 tours, puis sortir par une autre vallée, en emportant toutes mes affaires. C'était absolument génial d'être seul là-haut et de parcourir ce terrain.

Tu l'as appelé Double M
Oui. J'ai décidé de l'appeler le Double M en référence aux célèbres randonnées de Torres Del Paine, le W et le O, et parce que la forme de la traverse est en forme de 2 M.

Dernière question Sean : et ton sifflet ?
Mon sifflet de ferblanterie ! J'ai oublié d'ajouter la pièce la plus importante à la liste d'équipement ! J'ai joué aux bivouacs en faisant fondre la neige pour obtenir de l'eau, mais malheureusement je n'ai pas joué sur les sommets car j'étais trop pressé ! La prochaine fois peut-être !

Sean Villanueva remercie : Patagonie, Petzl, SCARPASamaya, Julbo

Référence: www.pataclimb.com

Sean Villanueva O'Driscol - Torres del Paine, Patagonie - Tour Sud, Tour Centrale, Tour Nord et Comb, enchaînés par Sean Villanueva O'Driscol du 23 au 26 févrierSean Villanueva O'Driscoll - Sean Villanueva O'Driscoll effectuant la première traversée des quatre principaux sommets du massif de Torres del Paine en Patagonie, du 23 au 26 février 2024Sean Villanueva O'Driscoll - Sean Villanueva O'Driscoll effectuant la première traversée des quatre principaux sommets du massif de Torres del Paine en Patagonie, du 23 au 26 février 2024Sean Villanueva O'Driscol, Torres del Paine, Patagonie - Towers del Paine, Patagonie : Tour Sud, Tour Centrale, Tour Nord et The Comb, enchaînés par Sean Villanueva O'Driscol du 23 au 26 février

Laisser un commentaire

17 − huit =