S’initier à la cascade de glace dans le vallon de Bataillence en 2014

Le guide de haute montagne, Rémi Thivel a rédigé une fiction sur ce que pourrait devenir l’escalade de la Dorada, cascade de glace sur le Riou Nere, descendant de Bataillence. Ce site est situé à 20 mn de marche du parking du tunnel de Bielsa (Pyrénées).

******************

5 janvier 2014. Nous sommes partis tôt pour échapper au déferlement de skieurs venus godiller sur les nouvelles pistes du domaine Bielsa-Piau, la station branchée du moment. C’était une mauvaise idée car le parking n’est pas encore ouvert. On aurait pu y penser, c’est déjà le cas depuis des années à Formigal qui ferme les routes d’accès en dehors des heures d’ouverture de la station, puis du début du printemps à la fin de l’automne.
Nous devons donc attendre 8h45 pour se garer à l’entrée nord du tunnel de Bielsa. 2.50 € de l’heure, tout de même, pour les véhicules venant de France, car nous sommes censés tous être skieurs de piste et partir en montagne depuis Piau, le parking du tunnel étant réservé aux véhicules venus d’Espagne.
Distribution du matériel de cascade aux participants, sous les quolibets des employés du parking qui souhaiteraient que nous quittions les lieux au plus vite car les glaciéristes font tache au milieu de ce décor dédié au ski industriel. Il faut aussi faire attention de ne pas se faire accrocher par les voitures rutilantes qui entrent en trombe avec leurs occupants pressés de rejoindre le stade de neige.
Nous remontons maintenant une large piste damée : les bulldozers ont bien bossé cet été dans ce verrou qui était trop étroit pour absorber un ratio suffisamment rentable de skieurs à la minute. Les premiers d’entre eux, caméra au casque, iPhone au bâton, se regardent déjà si bien skier, sur ce large boulevard aseptisé, s’amusant pour certains à slalomer entre les membres de notre groupe.
Au-dessus de nous, le télécabine dernière génération, que toutes les stations voisines envient, emporte les clients vers le restaurant d’altitude de Bataillence, d’où les plus zélés pourront emprunter le téléphérique du Garlitz afin d’accéder au nec le plus ultra : la zone free-ride.
Parvenus aux abords de notre cascade, La Dorada, nous devons pour accéder à la glace creuser à la pelle un passage sous les double filets de sécurité réputés infranchissables. Les réprimandes du chef des pistes, qui sort tout juste de sa nouvelle formation module managing-consulting-packaging-leadering, ne se font pas attendre. Il nous explique que les sentiers non battus de la vie sont dangereux et surtout réprimables par l’article Aramon-Conseil Général Haute Pyrénées n°18B1235T du nouveau code européen de la montagne.

Lire la suite
Photo C.Larcher/CWN/Kairn.com

Laisser un commentaire

4 × quatre =