Situation de l’ours dans le Trentin en Italie fin décembre 2012

Les associations environnementalistes ont longtemps présenté le Trentin en Italie comme un exemple d’introduction d’ours et d’acceptation sociale par les éleveurs / bergers et la population.

Le rapport 2012 sur la présence de l’ours dans le Trentin vient de sortir en anglais. Bruno Besche Commenge(ADDIP) en a extrait quelques éléments qui ne manquent d’intérêt et qu’il a commenté (Observations). Une preuve supplémentaire qu’en 2008 et avant, les autorités françaises et les associations environnementalistes ont menti et manipulé l’opinion.

Alors que le nombre d’ours actuel approche le seuil de viabilité estimé par l’étude de faisabilité de l’ISPRA, cette progression s’est accompagnée d’une baisse marquée du niveau d’acceptation sociale en dépit des mesures spécifiques adoptées en 2012.

Observation : Nous rappelons que c’est parce que cette baisse se manifestait PARTOUT et pour TOUS les grands carnivores que la commission européenne a organisé une réunion de travail le 25 janvier 2013 à Bruxelles à laquelle l’ADDIP a participé. La baisse attribuée à ‘a lack of knowledge’ (un manque de connaissance), laisse penser, de la part des fonctionnaires européens, que les pyrénéens sont des paysans demeurés vraiment indécrottables. Dans ce contexte, les associations pro-ours venaient chercher, une fois de plus, du fric pour les ‘décrotter’. C’est très réellement cette situation assez surréaliste. Manque de chance, l’ADDIP apporte des arguments.

En savoir plus…..

Laisser un commentaire

11 + 16 =