Ueli Steck « Risquer sa vie pour un sommet, ça n’en vaut pas la peine… »

Roi du speed climbing, ces ascensions réalisées en un temps record et avec un minimum de matériel, le Suisse Ueli Steck n’est pas qu’un trompe-la-mort. Le piolet d’or 2014 – pour son ascension en solo de l’Annapurna (8 091 mètres) – se méfie plus que tout de l’ivresse des sommets.

«Swiss Machine », « athlète des cimes », les qualificatifs accolés au nom d’Ueli Steck, alpiniste suisse de 39 ans, ne manquent pas. En 2014, il dominait la face sud de l’Annapurna (8 091 m), au Népal, en seulement vingt-huit heures. L’été dernier, il a réalisé l’ascension des 82 sommets de plus de 4 000 mètres des Alpes en moins de quatre-vingts jours. Autant d’exploits qui lui ont valu le titre de roi du speed climbing, des ascensions réalisées en un temps record et avec un minimum de matériel.

A lire

Laisser un commentaire

16 + quinze =