Un autre regard sur l’ascension de l’Everest

l y eut au moins un Français à 8 848 m ce printemps : François Damilano, guide et réalisateur grenoblois installé à Chamonix. Ce 25 mai fut le seul jour où le toit du monde sera gravi, Éole cessant quelques heures ses ventilateurs infernaux. Il y eut aussi une Suisse romande, Sophie Lavaud. La première sur les tablettes pourtant garnies de l’histoire de l’Everest. Une fois n’est pas coutume, le premier, professionnel patenté, a suivi la seconde lors d’une expédition commerciale. Dans l’intimité d’un groupe encadré par le guide suisse Kari Kobler, pour les besoins d’un film documentaire.
Lire l’article

Laisser un commentaire

16 + quatre =