Un nouveau mur d’escalade dans le Lot

Bernard Petitjean, président de Cahors Montagne était reçu hier par le maire et l’adjoint au sport. Privé de mur d’escalade, une solution a enfin été trouvée et est à l’étude.

C’est donc, comme l’avait souhaité Cahors Montagne, que le club d’escalade va avoir un mur autoporté de 42 mètres. Il prendra place à l’ancienne piscine de la Croix-de-Fer. «Nous n’en voulons pas à la mairie d’avoir par arrêté municipal fermé la salle des Docks qui n’était pas aux normes. Des grimpeurs auraient pu se retrouver sous des tuiles» explique Bernard Petitjean. Par chance la compétition régionale du 15 octobre dernier s’est bien passée. «Nous avions aménagé 230 heures de bénévolat pour installer des murs sur toute la longueur du skate park, avec des contreplaqués financés par la mairie». Aujourd’hui, Bernard Petitjean se dit soulagé pour ses licenciés, ses compétiteurs dont Jérémy Bonder, finaliste au championnat du monde et Nicolas Moineau, vice-champion du monde paralympique, ainsi que pour le salarié du club. «Lors de la réunion, la municipalité nous a soumis un projet par rapport à notre demande et à nos besoins» poursuit le président. Le mur en question va avoir plusieurs financements. «La fédération va s’investir, la mairie va faire des demandes dans des organismes. Et nous, nous sommes prêts à donner un petit quelque chose. L’avantage de cet investissement, c’est que le mur peut être déplacé ailleurs». «Par rapport au projet de la Croix-de-Fer, nous avons nommé un maître d’œuvre. Il faut passer par des études et être en concertation permanente avec le club. Les études peuvent prendre du temps. On espère que la solution sera finalisée au printemps» indique Alain San-Juan, adjoint au maire en charge du sport. «Pour l’instant, les clubs des alentours, Montauban, Saint-Antonin-Noble-Val, Gourdon nous prêtent des créneaux et leurs salles. On utilise le bus de l’office des sports, on fait du covoiturage. Derrière on a du soutien, la fédération, le comité régional, ces clubs limitrophes qui nous tendent la main. Tout cela fait chaud au cœur» conclut Bernard Petitjean.

Lire l’article

mur

Laisser un commentaire

2 × quatre =