Une cagoule physio-communicante au service des professions à risques


Destinée à assurer un suivi en temps réel de l’état physiologique des professionnels travaillant dans des milieux confinés ou à risques, la cagoule physio-communicante mise au point par BodySens a également permis de surveiller, depuis la France, la physiologie de 2 alpinistes lors de l’ascension d’un sommet argentin de près de 7 000 mètres.  

Deux des alpinistes français qui ont réalisé récemment l’ascension par la face nord de l’Aconcagua qui culmine à 6 962m, en Argentine, étaient équipés d’une cagoule à l’intérieur de laquelle des capteurs communicants mesuraient à la fois les évolutions de leurs fréquences cardiaques, leurs taux d’oxymétrie, la température dans la cagoule et leur température de peau durant l’ascension. Ces données physiologiques étaient transmises en temps réel à Nîmes où elles étaient analysées.

Pour la  cagoule équipée d’un boîtier télémétrique APPI  (Active Protection Personal Instrument ou Instrument personnel de protection active), ce fût le baptême du froid. A partir de 6 000 m d’altitude, les températures sont, en effet,  proches des -30°C et les vents, souvent très violents, rendent le milieu totalement inhospitalier pour l’homme. Toutefois cette aventure sportive et technologique a permis de prouver qu’il devenait possible de suivre à distance, à partir de bureaux situés en France, la physiologie d’alpinistes lors de leur ascension. Mais ce n’est qu’un début puisqu’une deuxième expédition est prévue pour mai 2012, à l’Everest (8 848 mètres).

Cette cagoule physio-communicante mise au point par BodySens, une société née dans Innov’Up, l’incubateur de l’Ecole des Mines d’Alès, si elle a fait ses preuves en milieu extrême, elle a, en fait, été développée pour renforcer la sécurité des professionnels travaillant en milieux confinés ou  à risques (nucléaire, pétrochimie…). Les premiers concernés sont les pompiers exposés quotidiennement à la chaleur, aux flammes, aux fumées toxiques, éboulis… L’un des problèmes fréquemment rencontré par ces professionnels est la détection de situation à risque lors des opérations. Un suivi en temps réel de leur état physiologique permet d’anticiper les problèmes et donc de garantir une meilleure sécurité. Aujourd’hui, c’est possible grâce au module APPI qui permet, en suivant la physiologie de ces professionnels, de prévenir le dépassement des limites d’engagement, de savoir en temps réel si la personne se met en danger et d’intervenir avant que l’accident ne survienne.

Plus d’infos ICI et LA
Photo de l’Aconcagua 6962m (C.Larcher/CWN/Kairn.com)

Laisser un commentaire

dix-neuf + seize =