Une louve allaitante aurait été abattue lors d’un tir de prélèvement


Loup commun européen - crédit Retron
Le WWF dénonce la politique de prélèvement mise en place par le préfet des Alpes-Maritimes qui s’est traduite par l’abattage d’une louve allaitante, et donc sans doute en réalité de 6 loups au total.

Les agents de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONFCS) ont abattu une louve le 18 juin dernier sur la commune de Duranus en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, suite à l’arrêté pris le 31 mai par le préfet des Alpes-Maritimes. Cette louve allaitait vraisemblablement 5 louveteaux affirme l’ONG. « Cette situation inédite est la pire que l’on puisse imaginer » s’alarme le WWF, car « si les louveteaux sont trop jeunes pour se nourrir de façon autonome, ce n’est pas un loup mais 6 que l’on a tué ».

Source : Enviro2b du 10 juillet 2013

Quelques précisions

Il faut rappeler que les loups ont tué plus de 6000 bêtes en 2012 dont 40 % dans les Alpes-Maritimes. Ce chiffre est à minima car il ne tient pas compte des bêtes disparues et jamais retrouvées (notamment les restes de cadavres mangés par les rapaces) ainsi que les bêtes issues de petits troupeaux ou de personnes non inscrits comme agriculteurs qui ne peuvent prétendre à aucune indemnisation (cas des brebis dites « tondeuses »)

Selon Eric Marboutin, chef de projet loup à l’ONCFS, le taux de reproduction des loups est de l’ordre de 20% à 30% par an selon les publications. Le nombre de loups en France est évalué depuis quelques années à 250 et les méthodes d’évaluation de ce nombre de loups doit être révisé. Plusieurs spécialistes estiment qu’il y a jusqu’à 3 fois plus de loups que le chiffre officiel.

La perte d’une portée de louveteaux pas plus que 24 loups prélevés n’ont aucune incidence sur le développement de la population de loups qui est exponentielle. La réaction du WWF est considérée par de nombreux éleveurs comme étant « d’une indécence grave face aux drames vécus par de nombreux éleveurs et leurs familles ».

Précisons à cet égard que la situation psychologique et de fatigue physique est telle pour les familles que la Mutualité Sociale Agricole (MSA) diffuse depuis mars une vidéo et un numéro de téléphone d’alerte dans chaque département.

Il convient donc de voir la légalité du tir effectué mais il faut également mettre en perspective la mort de cette animal avec le drame vécu par les éleveurs et le nombre d’animaux que les loups tuent chaque année dans les troupeaux

Louis Dollo

Laisser un commentaire

3 + 17 =