8000+

Après avoir sorti son premier livre « Speed », Ueli Steck publie un nouveau récit haletant sur son expérience de l’Himalaya. Le résultat se nomme « 8000+ » et confirme ce que l‘on pensait déjà de l’athlète.

Voici le résumé :
‘Le grimpeur le plus rapide du monde’, ‘l’athlète des cimes’, la ‘Swiss Machine’, les superlatifs ne manquent pas pour qualifier l’alpiniste originaire d’Emmental, et qui s’est singularisé en escaladant les plus hauts sommets, par des voies d’extrême difficulté et en un temps record. Pour son deuxième livre, Ueli Steck quitte les Alpes et nous emmène en Himalaya, au-delà de la zone de la mort. Il s’y applique à utiliser les mêmes méthodes qui lui ont permis de vaincre en solo, la face Nord de l’Eiger en 2 heures et 47 minutes. Mais les plus hautes montagnes sont rebelles et Ueli est contraint de prendre des risques : il chute de 300 mètres dans la face sud de l’Annapurna, échoue dans sa tentative de sauvetage de l’alpiniste Iñaki Ochoa et doit renoncer au pilier Ouest du Makalu noyé sous la neige…

Mais le suisse a été à bonne école puisque sa première expérience en Himalaya s’est déroulée avec Erhard Loretan. Il se relève et gravit en solo le Gasherbum II, puis la face sud du Sisha Pangma en dix heures ! Autant d’occasions de s’interroger sur la promesse qu’il a faite à son épouse de renoncer au solo, mais aussi sur le sens de son engagement, sur le sens de la vie…

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.