A mi-saison, le nombre de victime des avalanches explose en France

Avec 23 morts à mi-saison, le bilan des avalanches pour l’hiver 2018 est très déjà lourd relève France 3 Régions.

Car si le weekend dernier a été très meurtrier en montagne (au moins ont perdu la vie dans des avalanches tous massifs confondus), le bilan des avalanches à mi-saison est déjà de 23 morts. Un chiffre hors du commun puisqu’il dépasse déjà le niveau total des hivers 2017 et 2016.

Week-end particulièrement meurtrier

Dimanche à Vallorcine, en Haute-Savoie, une série d’avalanches a fait deux morts et plusieurs blessés. Par ailleurs trois personnes sont portées disparues : un randonneur suisse emporté par une avalanche à Samoëns (Haute-Savoie) et deux skieurs disparus dans l’après-midi sur le domaine d’Arêches-Beaufort (Savoie).

Samedi, deux personnes sont décédées vers Aragnouet, dans les Hautes-Pyrénées.

Et vendredi 2 mars ce sont quatre skieurs de randonnée qui sont morts à Entraunes (Alpes-Maritimes). Ils évoluaient à près de 2000 mètres d’altitude hors de tout domaine skiable. Le risque d’avalanche était alors qualifié de très élevé. Le même jour dans les Hautes-Alpes une skieuse de 25 ans était emportée une avalanche en descendant le sommet de la Meije, un site de ski hors-piste situé l’Isère et les Hautes-Alpes.

Le redoux empire la situation

Les conditions restent très dangereuses en montagne à l’heure actuelle, et le redoux depuis quelques jours empire la situation.

“Les avalanches se déclenchent en général en terrain raide. Des chutes de neige intensives, un vent fort ou une remontée marquée des températures favorisent le déclenchement d’avalanches” note le Portail dangers naturels de la Confédération Suisse, qui assure que “90 % des victimes ont déclenché elles-mêmes l’avalanche qui les a emportées”.

Les degrés de danger des avalanches

Le degré de danger des avalanches est basé sur 5 niveaux.

  • Le degré de danger 5 est qualifié de danger très fort. Il faut alors s’attendre à de grosses et très grosses avalanches spontanées, qui peuvent atteindre des routes et des localités en fond de vallées.
  • Le degré de danger 4 est qualifié de danger fort. Des avalanches spontanées et souvent grosses sont alors probables.
  • Le degré de danger 3 est lui qualifié de danger marqué. C’est la situation la plus critique pour les adeptes des sports d’hiver. Et c’est l’état de danger sur l’ensemble des massifs actuellement.
  • Le degré de danger 2 est qualifié de danger limité. Des signes d’alarme peuvent survenir de manière isolée. Il ne faut pas s’attendre à de grosses avalanches spontanées.
  • Enfin le degré de danger 1 est dit danger faible. Aucun signe d’alarme n’est détectable. Les avalanches ne peuvent être déclenchées que de manière isolée, surtout sur les pentes extrêmement raides.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.