Avalanche au col Emile Pic dans les Ecrins

Je voudrais partager avec vous un communiqué de la compagnie des guides de l’Oisans en la personne d’Abou Martin.
Même s’il peut être du devoir de la presse de relayer au plus vite des informations tragiques liées à l’accidentologie en montagne. Notre devoir n’en demeure pas moins comme il est bien noté dans son communiqué, de ne jamais tirer de conclusions trop hâtives à un évènement quel qu’il soit.
Nous ne le dirons jamais assez mais nous nous associons en permanence à la détresse du professionnel ainsi qu’à la douleur des familles.

L’avalanche qui a tué 3 skieurs au col Emile Pic dans les Ecrins ce 1er avril a provoqué des réactions vives relayées par la presse.

Il est vrai qu’elle fait suite à une trop longue série d’avalanches meurtrières dans les Alpes du sud.

En temps que professionnels nous sommes choqués par des jugements hâtifs et stigmatisants pour toute notre profession. Et nous sommes solidaires de nos collègues guides autrichiens qui encadraient le groupe.

En montagne, encore plus qu’ailleurs, on peut tous faire l’expert après l’accident en s’appuyant sur des on-dit ou des croyances…

Ceci n’est pas très respectueux pour les victimes, leur famille, les rescapés ou même la trop souvent bafouée présomption d’innocence.

Il n’est pas question de se défiler de nos responsabilité, mais malheureusement nous ne manquons pas d’exemples où suite à un accident en montagne des professionnels ont été stigmatisés, traités d’inconscients – pour rester poli – alors qu’après le travail de la justice le professionnel était innocenté…

On peut considérer qu’il s’agit d’une réaction corporatiste. Mais quand on voit la douleur infligée par cette « double peine » (vivre l’accident et la stigmatisation) sur ceux qui ont vécu cela, je pense que l’on peut dire que c’est juste une réaction humaine et empathique.

Et c’est la réaction d’un guide, qui s’est rendu compte au fil des ans et des sommets ( gravis ou loupés!) qu’il faut se garder de croire que l’on sait : c’est dangereux sur le terrain, et très présomptueux pour le regard que l’on a sur les autres…

Nous nous associons à la douleur des victimes, de leur famille, des proches, et des rescapés, et nous avons une pensée pour les secouristes fortement sollicités cet hiver.

Abdou Martin,

Président de la Cie des guides Oisans-Ecrins

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.