Bhoutan, paradis environnemental menacé

C’est peut-être le pays du monde le plus vertueux en matière d’environnement : le Bhoutan, petit royaume de l’Himalaya, a promis à la communauté internationale qu’il resterait à perpétuité à un niveau zéro d’émissions de carbone ; sa Constitution prévoit une couverture forestière d’au moins 60 % ; le trekking de haute montagne est interdit pour protéger celle-ci ; les parcs nationaux couvrent la moitié du pays ; le tourisme de masse est exclu grâce à une politique élitiste imposant des dépenses minimum de 200 dollars par personne et par jour à tout visiteur étranger…
Cette exceptionnelle protection de l’environnement, l’un des principes fondateurs de la doctrine du « Bonheur National Brut » en vigueur dans le pays, est immédiatement perceptible au visiteur : un air pur, des montagnes boisées à l’infini, des villes propres, une architecture traditionnelle omniprésente, le royaume a des allures de petit paradis environnemental. Mais si aux yeux des Bhoutanais la protection de l’environnement n’a pas de prix, elle a un coût élevé. « Pensez à ce que nous rapporteraient nos forêts si nous les exploitions comme l’Indonésie ou le Brésil ! », s’exclame un officiel. Le pays, qui veut améliorer les conditions de vie de ses 680.000 habitants, s’efforce donc de jeter les bases d’une économie moderne résolument verte


Lire l’article

Laisser un commentaire

vingt + 8 =