Caroline Ciavaldini répète Le Voyage (E10 7a) à Annot

La grimpeuse française Caroline Ciavaldini a répété « Le Voyage » (E10 7a/8b+) à Annot en France.

Mercredi 8 novembre 2023, l’alpiniste française Caroline Ciavaldini a répété Le Voyage (E10 7a/ 8b+) à Annot, France. L’itinéraire, créé par le mari de Ciavaldini, James Pearson, en 2017, n’a connu qu’une seule ascension féminine, celle de Barbara Zangerl en 2021.

L’ascension de Ciavaldini marque la première fois que sje gravit le niveau E10 et la place parmi une très petite poignée de femmes à avoir déjà réussi sur une voie traditionnelle à ce niveau. Cela survient également deux ans après être devenue mère pour la deuxième fois, ce qui rend cette ascension et le parcours de Ciavaldini d’autant plus impressionnants. La femme de 38 ans a partagé cette histoire de son ascension :

« Je me repose à mi-bride, aux 2/3 de « Le Voyage ». Pour la toute première fois, j’ai passé le deuxième crux, un bloc 7A+ très long et technique, pas mal de mètres au-dessus de ma dernière protection, un Non .6 RP. Juste avant de commencer le point crucial, j’ai entendu James, Arthur, 4 ans, et Zozo, 2 ans, m’encourager d’en bas. James et les enfants se cachaient avant, peut-être parce que James espérait m’en donner plus. de l’espace pour me concentrer, comme Zozo me le demande constamment aujourd’hui. Mais juste avant le moment crucial, je voulais qu’ils soient là. Être maman, c’est perturbant pour l’escalade, mais en même temps, ce sont mes gens. Je regarde aussi droit vers le haut. à Raph, qui est accroché à une statique… Il est là aujourd’hui alors qu’il devait filmer James dans « Bon Voyage », son dernier parcours difficile, et en a profité pour filmer ma tentative. Carl et Antoine sont ici aussi, assurer et prendre plus de vidéo d’en bas. Carl a fait quelques blagues légères pendant que j’enfilais mes chaussons d’escalade, et j’étais très conscient qu’il essayait et réussissait à créer la bonne ambiance pour moi. Cela m’importe vraiment d’avoir ces gens ici aujourd’hui. Je peux les sentir me pousser doucement vers le haut.

J’ai fait le plus dur et de loin, et il m’a fallu 2 ans pour en arriver là où je suis aujourd’hui. 2 ans pour revenir du bébé numéro 2, avec l’aide constante de Maddie Cope et Lattice. Tomber enceinte, disent les gens, n’est pas une blessure… Je dirais que c’est bien pire pour votre escalade que n’importe quelle blessure à la poulie (j’en ai eu 2) ou autre grimpeur.

« Le Voyage » se termine par un dernier tronçon facile sur du rock assez mauvais et un crack final autour du 7b+, dont on se détesterait en tombant… pourtant on le pouvait. Je me repose et j’essaie de canaliser mon dialogue intérieur. J’ai ce qu’il faut, mais je dois bien grimper. Les émotions sont toujours là… peur d’échouer, peur de rompre une emprise et d’échouer, peur de trop saisir, de glisser… Mon cerveau ne s’arrêtera pas, tout comme il le faisait avant le moment crucial. Cela fait si longtemps que je n’ai pas fait autant d’efforts pour la dernière fois que je ne sais pas ce que je faisais pour régler ça avant de devenir maman. Ai-je toujours eu tout ce dialogue interne ?

« Le Voyage » est mon plus long projet. 2 ans. Mais en même temps, en tant que parent grimpeur, il faut prendre les choses différemment. On ne fait pas beaucoup de tentatives lors d’une journée d’escalade… techniquement, je n’en fais qu’une à la minute où Zoellie dort. Nous l’avons assurée en laisse avec elle dans le dos dans un porte-bébé quand elle était plus petite, mais cela ne fonctionnerait plus maintenant. Vous consultez constamment les prévisions météorologiques, mais vous devez quand même concilier vos objectifs avec la vie de famille. Vous avez besoin de beaucoup plus de patience, mais vous êtes aussi beaucoup plus patient parce que c’est ce que les bébés vous apprennent. La vie de famille donne plus de rythme, et ça a été bon pour l’entraînement. J’ai dû m’entraîner beaucoup pour retrouver mon ancien niveau… puis renforcer mes épaules car « Le Voyage » est très exigeant. J’ai même fait un entraînement spécifique aux jambes. Je n’ai jamais été aussi précis. Mais je ne pense pas avoir été obsessionnel. Je ne peux pas. Parce que je suis toujours maman. D’abord? Je ne sais pas… c’est sûr, peut-être que parfois j’ai volé du temps à mes enfants pour mon entraînement. Je suis un peu égoïste. Mais cela m’a rendu très heureux de créer cet espace pour mon escalade. Cela m’a fait redevenir Caroline.

La culpabilité, la culpabilité de maman, est aussi au menu de mon dialogue intérieur. Et après des mois, j’avais pris la décision de trouver un préparateur mental. La dernière fois que j’en ai eu un, j’étais un grimpeur de compétition de Coupe du monde. J’avais alors considéré pendant des années que j’étais autonome, mais pour ce parcours, j’ai réalisé que demander l’aide des gens (des bonnes personnes) ne ferait que me rendre plus fort. Angus de Strong Mind m’a aidé à écouter, accepter et canaliser tout ce dialogue interne. J’avais très peur de tomber, et nous avons réglé ça si vite. J’ai toujours le dialogue, mais plutôt que de paniquer quand mon cerveau se met en marche, j’écoute, je trie, et j’utilise ce qui est utile. Pleine conscience, c’est le mot.

Surtout, Maddie, Angus, mais aussi Carl et James m’ont aidé à apprécier tout le processus. Cela n’en vaut la peine que si j’apprécie tout, même les doutes. Parfois, c’est du « plaisir de type 2 », comme disent les Britanniques… Quand j’étais terrifié à l’idée de tomber sur le premier point crucial, c’est du plaisir de type 3. Je n’ai pas apprécié quand cela s’est produit, ni quand je l’ai visualisé. Je n’ai réussi à en profiter que lorsque j’ai réellement supprimé l’émotion de ma visualisation. J’ai juste laissé la sensation des mouvements, j’ai essayé d’être vide, ou mieux encore, de profiter de la peur, et c’était tout. Le déclic s’est produit et, tout à coup, j’ai pu me lancer dans mon escalade et en profiter au maximum.

À un moment donné, je recommence à grimper. Non pas que ça semble parfait, mais je ne peux pas tergiverser éternellement. D’une manière ou d’une autre, j’exécute parfaitement les derniers mouvements et je sais que pour les 2 derniers mouvements, je dois simplement profiter de tout cela. J’ai terminé « Le Voyage », mon itinéraire commercial le plus difficile de tous les temps. Quand je l’ai gravi pour la première fois il y a 5 ans, je ne pouvais même pas faire tous les mouvements et j’étais conscient que ce style technique de bloc n’était pas mon meilleur point. Je n’avais pas d’enfants à l’époque, James venait d’ouvrir la voie, et cela me paraissait inaccessible. Je n’ai commencé à y penser qu’après la naissance de Zozo. J’aime vraiment voir que mes limites mentales ont changé. Ma patience a augmenté. Il est temps d’être fier de moi.

Merci beaucoup à Maddie et Lattice pour l’entraînement, Angus pour l’entraînement mental, Carl pour l’assurage et l’amitié, James pour tout, mes enfants pour leur patience, Marie pour le babysitting, Emmanuelle pour la kiné, The North Face et Respire performance pour le programme NSP, La Sportiva, Wild country, Sunn et Glorify, et tous mes collaborateurs qui me poussent chaque jour ! »

Ciavaldini est sponsorisé par The North Face, La Sportiva, Wild Country, Gloryfy et Sunn.

Laisser un commentaire

6 + 19 =