Chloé Graftiaux : un an après

Près d’un an après la disparition tragique de Chloé ‘Clochette’ Graftiaux lors d’une course d’alpinisme dans le Mt Blanc, nous sommes revenus vers ses parents avec lesquels nous sommes en contact fréquemment pour une interview chargée d’émotion.
Pour savoir comment ils allaient, comment se perpétuait la mémoire de Chloé, et ce qu’elle pouvait encore nous apporter.

‘Nous avons accepté de répondre à ces questions ‘claires’ même si ce n’était pas simple pour nous car nous savons que votre démarche à Kairn est
respectueuse de nous’
Nous espérons aussi que
cette interview sera bien perçue, c’est un peu un sujet tabou dans le milieu.. On verra.

Anne-Françoise et Joël Graftiaux

Voilà maintenant bientôt un an que Chloé a disparue
en montagne. Comment vous sentez vous ?

 

Difficile de parler de la perte de Chloé.
Certains pensent que c’est passé depuis longtemps et qu’il ne faut pas y
revenir, qu’on en dit trop. D’autres estiment que la perte d’un proche se vit
dans l’intimité et le silence. Nous avons d’ailleurs beaucoup hésité à répondre
à ces questions. En fait, le deuil est quelque chose de très personnel. Chacun
trouve ou plutôt essaie de trouver ses propres voies. Si une des voies que nous
avons choisies est celle du partage, vivre notre deuil dans l’intimité fait
aussi partie de notre vie et cela reste notre jardin secret. Dès le départ,
nous avons été bouleversés par tous les témoignages reçus. Ces témoignages nous
ont confirmés dans le souhait de laisser une trace de Chloé. Nous avons eu le
projet de publier ses textes. Tout ceci nous a amené à un « vrai »
bouquin et à une association à son nom « Chloé Graftiaux Passion
Together ». Il est évident que cette action a eu un effet d’aide dans
notre deuil mais cela n’enlève rien à la perte. A un an, nous restons toujours
aussi orphelins de Chloé. Sa présence nous manque infiniment et porter au
quotidien le projet que nous avons-nous demande une énergie importante. Si
Chloé a donné pleinement du sens à sa vie, nous essayons à notre mesure de
rendre sa disparition moins vaine.

 

Passée l’émotion des premiers temps, le
soutient des amis de Chloé est-il toujours aussi fort ?

 

Le soutien des amis de Chloé est toujours
aussi important pour nous. Ce soutien nous a permis de tenir au jour le jour.
Actuellement, il se vit différemment. Nous ne recevons plus de messages très
souvent mais nous savons que nous pouvons compter sur beaucoup de personnes. La
sortie du livre redynamise cette force qui nous entoure. Pour nous, cela a été
fondamental de nous laisser toucher par tous ces témoignages. Nous avons décidé

de tous les accepter, quelque soit leurs formes. Nous sentons que nous faisons
partie d’une communauté où nous pouvons trouver et peut-être offrir à notre
tour une compassion, une tendresse, une amitié dans les moments les plus durs à
traverser, moments que nous vivons encore maintenant. Nous savons que la vie
sera définitivement différente pour nous.



Quel est le témoignage qui vous a le plus touché ?

 

Ce serait dommage de pointer un témoignage
plus qu’un autre, tous ont été importants. Pourtant, ce qui nous a le plus
touché, ce sont tout d’abord toutes les petites anecdotes que l’on nous a
racontées. Elles nous ont fait découvrir Chloé autrement. Quand on perd un
enfant jeune, outre l’absence, on a peur qu’il soit oublié bien vite puisqu’il
ne s’inscrit pas sur plusieurs générations, ensuite on trouve tellement dur
qu’il soit privé de son avenir. Nous avons été touchés par les personnes qui
nous ont témoigné ce que Chloé leur avait apporté. Par leurs témoignages, on
s’est rendu compte que Chloé, malgré sa courte vie, avait laissé sa trace.

 

Quelle est aujourd’hui votre relation à la
montagne ?

 

Nous, ses parents, n’avons jamais pu
« en vouloir » à la montagne. La montagne est un milieu naturel qui
exerce une attraction particulière. Nous sommes des amoureux de la montagne,
sur le sentier des vaches. Nous aurions pu décider de ne plus y venir mais
chaque fois que nous y allons, nous percevons la présence de Chloé et surtout nous
pouvons ressentir ce qu’elle y trouvait, la sérénité, la joie de se dépasser,
la beauté sauvage de la nature… Pourtant, son accident nous a fait clairement
percevoir que ce milieu naturel particulier n’est pas sans danger.



Quel message souhaiteriez-vous faire passer aux jeunes qui se lancent en
montagne ?

 

De quel droit délivrerions-nous un message,
d’autant que nous ne sommes pas alpinistes nous-mêmes ? Il serait
prétentieux de notre part de parler de sécurité puisque ce message de sécurité
est dit par des personnes bien plus averties que nous. Néanmoins, nous
souhaitons attirer l’attention sur la formation, la connaissance du milieu
naturel, l’humilité face au milieu naturel… tout en sachant que ce discours
n’empêchera malheureusement pas les accidents. La montagne fait peut-être
partie des derniers lieux d’exploration de soi-même et du milieu naturel …

 


Quel message donner aux parents dont les enfants partent en montagne ?

 

Comment répondre à cette question quand
régulièrement Kairn annonce la disparition de jeunes en montagne …. Nous ne
savons quoi répondre ! Peut-être faire confiance à ses enfants, ne pas se
cacher la tête dans le sable afin que les enfants puissent partager leur
passion et qu’ainsi les parents puissent accompagner à leur manière et en
fonction de leurs compétences leurs projets (proposer des possibilités de
formations, échanger les expériences, être bien équipés, faire des courses
ensemble si vous êtes capables…) , se rendre compte aussi que l’alpinisme n’est
un sport comme les autres, mais bien une passion.  Nous voudrions aussi dire aux parents qui ont
perdu récemment un enfant combien nous pensons à eux, nous les portons dans
notre cœur avec toute notre tendresse.

 

Comment va perdurer la mémoire de Chloé
(vous m’avez raconté mais si vous pouvez le remettre par écrit…)

 

Dans un premier temps, nous avons décidé de
publier les textes de Chloé mais très vite le projet a pris de l’ampleur avec
les textes d’autres personnes, nos propres textes, les voies ouvertes en son
nom. Nous avons trouvé en Belgique un partenaire qui nous offre la mise en page
et son soutien. Nous avons joint un dvd réalisé par le Team Les Collets
d’Argentière la Bessée. On leur a laissé carte blanche et le résultat est très
positif. Il ne s’agit pas seulement de rendre hommage à Chloé mais surtout
d’aller plus loin.

Evidemment, l’impression d’un livre en
quadrichromie coûte très cher. Nous avons fait le pari de vendre le livre avec
dvd à prix coûtant soit 25 euros (35 euros si envoyé à domicile). Nous avons
recherché quelques sponsors et nous misons sur une bonne vente et le soutien
des acheteurs qui participeraient un peu plus pour dégager quelques surplus qui
seront mis à la disposition de l’association que nous avons créée « Chloé
Graftiaux Passion Together
 ». Cette association a pour objectif de
soutenir financièrement chaque année l’un ou l’autre projet jeunes dans le
milieu de la grimpe ou des secours en montagne (Chloé espérait vraiment devenir
secouriste en haute montagne), des projets qui ont un objectif clair de partage
de passion. Les modalités concrètes seront définies dans les prochaines
semaines.

Nous avons choisi la date du 21 août pour
la sortie du livre « Il était une fée au pays de la grimpe ». Pour
nous, c’est une date très particulière évidemment. Ce que nous vivrons dans
notre jardin secret, vous vous en doutez un peu. Nous voulions que ce moment
soit partagé avec tous, les amis, les connaissances, les grimpeurs… bref
« juste parce que la passion de la grimpe se partage… »

Bienvenue à tous en Belgique mais nous
savons que d’autres évènements de partage auront lieu en France … à suivre sur
le net .

 

Merci très chaleureusement à toute la
communauté de la grimpe

Le site internet de Chloé

Laisser un commentaire

1 × cinq =