Chronique d’un sabordage à Montagnes Magazine

Communiqué diffusé lors des Piolets d’Or par les journalistes de Montagnes Magazine :

Depuis plusieurs années, la rédaction de Montagnes Magazine fait tout son possible pour préserver la qualité de ce titre de référence dans la presse montagne, tandis que les dirigeants de la société Nivéales ne cessent de limiter ses moyens.

La dégradation des conditions de travail, les retards de paiement de nombreux collaborateurs, et la multiplication des ardoises sont devenus d’autant plus injustes et incompréhensibles que notre titre a su garder la confiance de ses lecteurs et des ventes pérennes dans l’univers très dégradé de la presse. Notre magazine réalise les meilleures ventes en kiosque des éditions Nivéales, dont il reste de loin le titre le plus rentable. Sa contribution (recette moins charges) moyenne annuelle à la prospérité de l’entreprise représente plus de deux fois la masse salariale de la rédaction et quatre fois le meilleur bénéfice annuel de la société ces cinq dernières années.

Traversant des difficultés financières sérieuses suite à des investissements hasardeux dans des opérations de prestige se traduisant en fiasco, les dirigeants de la société Nivéales, Jean-Pierre Roger et Pascal Maltherre, ont décidé d’en demander encore un peu plus à la ‘vache à lait’, quitte à la faire mourir. C’est ainsi que notre rédacteur en chef se voit convoqué pour un licenciement à ‘motif économique’, sans remplacement, et que notre secrétaire de rédaction se voit sommée d’accepter 63% de travail en plus !

Cette réorganisation brutale réalisée sans le moindre dialogue social va porter atteinte à la qualité éditoriale de notre magazine et traduit un profond mépris de nos lecteurs et du métier de journaliste. Elle s’inscrit dans une logique d’élimination des représentants du personnel. Parmi les quatre rédacteurs en chef que l’on projette de licencier, deux sont des élus du comité d’entreprise. Ils sont aussi les animateurs des titres les plus rentables de la société…

La rédaction ne peut plus rester silencieuse face à ce sabordage de Montagne Magazine, car nous pensons qu’il n’y a pas d’avenir pour la presse sans un journalisme de qualité.

A grenoble, le 8 avril 2010

La rédaction de Montagne Magazine
Philippe Descamps, Brigitte Luttiau, Olivier Moret, Manu Rivaud, Leila Shahshahani

Laisser un commentaire

cinq × 1 =