Les arboristes grimpeurs soignent en douceur les grands arbres des zones habitées. Une pratique récente en Suisse romande.

En osmose avec son élément, ce professionnel propose une autre approche du soin aux arbres que ses confrères paysagistes ou bûcherons. En plein essor, ce métier prône l’entretien doux de ces grands arbres devenus compagnons des humains dans les zones habitées.

Ce matin de septembre, Aldo Federici, qui vit depuis un an de cette activité, s’attaque à un hêtre pourpre chez Jean-Pierre Vogt à Montreux. Il faut le voir se hisser vers la cime dans un harnachement proche de celui d’un spéléologue pour le comprendre quand il assure que ce métier est «le plus physique qui existe et le deuxième plus dangereux au monde, après pêcheur».

Lire l’article

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.