Diagonale de la Face Brenva du Mont Blanc skiée par Nico Borgeot, Gaspard Buro, Ross Hewitt

Nico Borgeot, Gaspard Buro et Ross Hewitt ont réalisé la première descente à ski du « Chaînon Manquant », rejoignant Poire, Major et Sentinelle sur la face de la Brenva du Mont Blanc. Hewitt rapporte ce gigantesque chantier sur l'une des faces les plus sauvages des Alpes.

Le skieur-alpiniste britannique Ross Hewitt et ses homologues français Nico Borgeot et Gaspard Buro ont réalisé une première descente à ski extrêmement impressionnante sur la face sauvage et inhospitalière de la Brenva du Mont Blanc. Leur entreprise superlative, exposée et dangereuse comme celle d'Edmond Joyeusaz en mai 2020, atteint le sérac de La Poire mais coupe ensuite en diagonale le visage, traversant vers la gauche pour rejoindre la ligne de Major (Thomas Graham Brown, Frank Smythe, 1928) puis Sentinelle (Thomas Graham Brown, Frank Smythe, 1927).

Hewitt rêvait de cette descente depuis plus d'une décennie et le succès est né après avoir découvert une couleur cachée il y a deux ans et attendu patiemment les bonnes conditions. Un seul rappel de 60 m a été nécessaire. Sur son compte Instagram le guide de montagne britannique a expliqué que la descente était « aventureuse, intense, extrêmement intimidante, dévorante et tout à fait brillante », ajoutant « grandiose à une échelle impossible à transmettre avec de simples mondes. Des champs de neige gigantesques, d'imposants gratte-ciel de glace, des étendues de granit doré et 4 000 mètres d'altitude. pieds d'abîme jusqu'au glacier. Comme le Grand Canyon mais en GRANDER, ou peut-être plus proche des géants de l'Himalaya. Son rapport est publié ci-dessous.

LE CHAÎNON MANQUANT SUR LA FACE DE LA BRENVA DU MONT BLANC par Ross Hewitt
Alors que les Alpes ont été complètement recouvertes de neige au cours du mois dernier, les fenêtres météorologiques de 2 jours pour les objectifs de grande montagne ont été rares. Je parle de fenêtres de 2 jours, non pas parce que j'ai peur d'une longue mission en une seule poussée, mais après 4 à 5 jours de tempête, la neige a besoin de temps pour se stabiliser.

L'idée me trottait dans la tête depuis des années, au départ je pensais que ça pourrait être cool de descendre les dénivelés jusqu'aux bancs de sérac puis de s'envoler, puis un jour après les confinements Covid j'ai repéré ce couloir caché depuis le col de la Brenva. Il fallait juste que le sérac fonde suffisamment lors des étés chauds pour relier le départ de la Poire à la Route Major. Depuis octobre, nous avons eu beaucoup de neige en altitude et encore ce mois dernier, quand c'est le plus important, elle ne s'est pas arrêtée. J'avais le sentiment qu'il était temps d'y aller, mais Will Rowentree et Joe avec qui j'avais fait Sentinelle Rouge étaient partis en Nouvelle-Zélande. Je n’avais donc pas de partenaire et je n’avais parlé de cette histoire à personne.

Lundi, il y a eu quelques heures de temps clair et je suis parti en Italie avec un énorme objectif pour repérer la ligne et voir si la neige s'était collée à la glace. Je n'avais jamais vu le haut aussi blanc, c'était l'heure du jeu ! Soudain, une petite fenêtre est apparue quelques heures tôt le matin, lorsque le vent serait gérable avant que des plaques ne commencent à se former sur la face est.

J'ai contacté Nico Borgeot, partenaire ultra talentueux et de confiance, pour voir s'il était libre pour une nouvelle ligne. Il l'était mais il voulait aller skier sur l'Arête de Peuterey et m'a posé des questions sur la ligne que j'avais en tête. Il avait fait la Tour Ronde avec Gaspard Ravannel qui regardait aussi le visage. J'ai donc montré à Nico ce que je pensais et très vite il m'a demandé si j'avais repéré les points clés. Nous étions d'accord pour aller ensemble au refuge des Cosmiques rejoints par Gaspard Buro mais nous n'étions pas d'accord sur la ligne à suivre.

Le lendemain au refuge nous avons discuté dans la file à l'aide des photos ce qui était une nouveauté pour Gaspard. Nous ne nous étions toujours pas engagés à faire la même chose lorsque nous avons quitté le refuge, sachant que les conditions dicteraient probablement ce que nous ferions avec le vent fort arrivant en milieu de matinée.

Après le Col de la Brenva il faisait très froid avec le vent d'ouest, écorché en doudoune d'expédition, lunettes, mitaines, chauffe-bottes au complet. Gaspard a eu une chute de ski en montant à Tacul à 2 heures du matin et était 30 minutes derrière nous. La chose évidente à faire était de s'asseoir sous la corniche, à l'abri du vent, sur la face est, pour attendre. Là, la neige était invitante. Nico m'a demandé ce que j'en pensais. « C'est le jour, celui qu'on attend depuis des années. » Nous étions tous les deux nerveux en attendant Gaspard. Attendre est le pire moment. Gaspard est arrivé avec le nuage et sur la partie supérieure la lumière était terrible. Dans l’état actuel des choses, cela signifiait attendre moins longtemps plus bas pour que la neige ramollisse.

La descente s'est déroulée comme sur des roulettes pour nous avec une neige lisse partout. Sur le mur de tête supérieur, un passage de nuages ​​élevés est passé, rendant la lumière vraiment plate et délicate sur cette section de 50°. Le couloir de liaison qui avait de la neige l'année dernière était de la glace nue du glacier et nous y avons fait un rappel de 1x60m avant de rejoindre la Route Major. Le retour du soleil était le bienvenu et nous avons attendu quelque temps sur l'éperon que la neige ramollisse avant de continuer et de profiter de la belle neige de maïs dans le Grand Couloir de la Brenva.

Lorsque nous avons rejoint la Route Major, les derniers 600 m ont été skiés très rapidement. Nous avions prévu d'être en avance mais le passage des nuages ​​au-dessus a provoqué un regel qui nous a donné plus de temps. Lorsque vous atteignez le Col Moore, vous pourrez vous détendre pleinement, sachant que rien ne vous tombera sur la tête.

Une fois sur place, j'ai ressenti un immense sentiment de bonheur et de contentement, tout dans l'Univers avait conspiré pour que cela se produise ce jour-là et traverser ce labyrinthe magique et grandiose. Tout ce qui attendait, c'était des bières de fête au Skyway. Tellement reconnaissant de partager cette journée avec Nico et Gaspard. Euphorique est un euphémisme.

Mont Blanc Brenva Face - de la Brenva Face (Mont Blanc) skiée par Nico Borgeot, Gaspard Buro et Ross HewittMont Blanc Brenva Face - de la Brenva Face (Mont Blanc) skiée par Nico Borgeot, Gaspard Buro et Ross HewittMont Blanc Brenva Face - de la Brenva Face (Mont Blanc) skiée par Nico Borgeot, Gaspard Buro et Ross HewittMont Blanc Brenva Face - de la Brenva Face (Mont Blanc) skiée par Nico Borgeot, Gaspard Buro et Ross HewittMont Blanc Brenva Face - de la Brenva Face (Mont Blanc) skiée par Nico Borgeot, Gaspard Buro et Ross HewittMont Blanc Brenva Face - La Diagonale de la Brenva Face (Mont Blanc) skiée par Nico Borgeot, Gaspard Buro et Ross HewittMont Blanc Brenva Face - La Diagonale de la Brenva Face (Mont Blanc) skiée par Nico Borgeot, Gaspard Buro et Ross HewittMont Blanc Brenva Face - La Diagonale de la Brenva Face (Mont Blanc) skiée par Nico Borgeot, Gaspard Buro et Ross HewittMont Blanc Brenva Face - La Diagonale de la Brenva Face (Mont Blanc) skiée par Nico Borgeot, Gaspard Buro et Ross HewittMont Blanc Brenva Face - La Diagonale de la Brenva Face (Mont Blanc) skiée par Nico Borgeot, Gaspard Buro et Ross HewittMont Blanc Brenva Face - La Diagonale de la Brenva Face (Mont Blanc) skiée par Nico Borgeot, Gaspard Buro et Ross HewittMont Blanc Brenva Face - La Diagonale de la Brenva Face (Mont Blanc) skiée par Nico Borgeot, Gaspard Buro et Ross Hewitt

Laisser un commentaire

cinq × 5 =