Domino, le patou qui vole au secours des éleveurs contre le lynx dans les montagnes du Jura

Selon le journal Le Progrès du 1 juin dans son édition du Jura  : « Contre le lynx, le patou a fait ses preuves, estime Patrice Raydelet. Nous avons compté une trentaine d’attaques en 2010. Mais elles ont eu lieu là où les troupeaux n’étaient pas protégés par un chien. » Il poursuit : « Dans le massif du Jura (Ain, Doubs et Jura, NDLR), quarante-deux éleveurs possèdent un chien patou. Et aucun n’a eu à se plaindre d’attaque de lynx. Ces derniers sont entre 70 et cent sur cette zone. »
« Le déploiement d’un chien n’est peut-être pas nécessaire si un éleveur subit deux attaques par an. Il n’en a pas forcément besoin. C’est supportable. En revanche, s’il est victime d’une dizaine d’attaques, il devient opportun de placer le troupeau sous surveillance. »
Si des attaques de patous contre des randonneurs ont été recensées dans les Alpes et les Pyrénées, rien n’est à signaler dans le Jura.’

La Fédération des acteurs ruraux ne partage pas totalement ce point de vue et précise : « Ceux qui tiennent ce discours et soutiennent ces arguments on soit des chiens à vendre, soit sont les défenseurs des prédateurs qui cherchent un moyens pour gagner du temps !
C’est exactement les mêmes discours que nous avons entendu dans les alpes il n’y a pas si longtemps!
Mais reporter les attaques chez les voisins n’a pas résolu le problème, jute retardé un peu ce qui est inévitable : car quand tout le monde aura un patou cela sera courant que les attaques aient lieu sur des troupeaux avec des chiens. Les attaques sur les autres usagés des territoires aussi!
Quand a la pérennité des patous, certains éleveurs alpins qui en avaient y renoncent, comme les éleveurs suisses…. »

Le débat est ouvert… entre spécialistes éleveurs.

Laisser un commentaire

11 − onze =