En souvenir de Patrick Berhault, à l'occasion du 20e anniversaire de sa mort

Il y a 20 ans aujourd'hui, le 28 avril 2004, le grand grimpeur et alpiniste français Patrick Berhault décédait alors qu'il tentait de boucler les 82 4000 des Alpes en 82 jours. L'hommage de son ami Alessandro Grillo.

Voir Patrick Berhault grimper n'a fait que souligner le don d'unicité que Dieu lui a fait. L'élégance de ses mouvements et la facilité avec laquelle il gravissait même les sections les plus difficiles donnaient l'impression qu'il dansait sur du rocher.

Je pense que rien dans la vie n'arrive par hasard : lorsque vous rencontrez quelqu'un, vous réalisez immédiatement s'il y a quelque chose de spécial, qui vous donne l'idée d'être avec quelqu'un de familier, d'ami. Mais la plupart du temps, cela n’arrive jamais et tout reste formel, banal.

Dans les années 1970, le magazine italien d'escalade Rivista della Montagna m'a demandé d'interviewer un certain grimpeur français, nommé Patrick Berhault. On disait qu'il était un grand grimpeur et qu'il faisait des trucs fantastiques avec un autre Patrick… Patrick Edlinger. Berhault vivait alors avec sa mère à Nice. Je l'ai appelé et j'ai pris rendez-vous.

Un garçon maigre, portant des pantoufles, un short et un débardeur, m'a accueilli avec un sourire captivant. Longue audition, traits doux. Pendant un moment, nous avons parlé des choses habituelles, de l'entraînement, des notes, de ses ascensions les plus belles et les plus difficiles, mais peu à peu la conversation a dérivé vers des aspects plus personnels de la vie, vers sa passion irrépressible pour la montagne, pour l'escalade en général.

Avec son calme et son sourire, il m'a raconté divers épisodes de sa jeune vie qui l'avaient vraiment éprouvé. Sa décision d'éviter le service militaire, qu'il ne supportait pas, et ses conséquences. Les relations avec la famille, sa proximité avec la mère. Il m'a aussi parlé d'une chute effrayante dans un ravin (je ne me souviens plus de son nom) sur 600 mètres.

Les conséquences furent terribles : bassin cassé, jambe cassée, poumon détaché, blessures partout, dents cassées. Son partenaire, figé par la peur, ne pouvait plus bouger. Mais Patrick, grâce à sa force et à sa détermination incroyables, a rampé pendant des heures jusqu'au refuge de montagne. Il s'est sauvé ainsi que son partenaire, qui a été secouru en état d'hypothermie, presque enseveli dans la neige et la glace.

Je me souviens que, presque souriant, Patrick m'a dit : « Vous savez, il est préférable de gravir les ravines de glace tôt le matin, pas à 11 heures. » Ce jour-là, lui et son partenaire avaient grimpé extrêmement vite, mais le soleil atteignit en premier la corniche sommitale. Après cet événement tragique, son partenaire a arrêté l'alpinisme tandis que Patrick, quelques mois plus tard, a repris l'entraînement.

par Alessandro Grillo

Petzl Legend Tour Italia - Patrick Berhault avec sa fille CoraliePatrick Berhault - Patrick BerhaultPatrick Berhault - Patrick BerhaultPatrick Berhault - Patrick Berhault escalade Coralie, Monte Cucco, Finale LigurePatrick Berhault - Patrick Berhault réalisant la première ascension de la Diretta al Tetto di Monte Cucco, Finale Ligure, 1980Patrick Berhault - Alessandro Grillo et Patrick Berhault sur AlpamajoPatrick Berhault - Patrick BerhaultPatrick Berhault, Monviso - Patrick Berhault lors de sa traversée des Alpes de la Slovénie à la Méditerranée.

1 réflexion au sujet de « En souvenir de Patrick Berhault, à l'occasion du 20e anniversaire de sa mort »

  1. Formidable behrault, il n’est plus là mais tellement présent dans nos mémoires, le plaisir et l’amour du partage pour sa passion du relief à l’état brut.
    Merci Mr behrault de nous avoir fait rêver.

    Répondre

Laisser un commentaire

dix-neuf + 2 =