Escalade, performance et prévention. Place de la Méthode Mézières

Voici le mémoire de Jocelyn Loubriat sur la place d’une approche plus globale du grimpeur via la méthode Mézières en prévention des blessures en escalade.

‘L’ensemble des études sur le sujet montre que les blessures en escalade sont prépondérantes sur les
membres supérieurs (1). Cependant, si la littérature médicale s’intéresse beaucoup à la rupture de
poulie (pathologie rencontrée quasi exclusivement en escalade), peu de publications parlent des
influences que peuvent avoir les troubles posturaux et les restrictions de mobilité engendrées par
l’activité, sur la survenue des blessures du membre supérieur. Or, nos réflexions nous amènent à
penser que ces restrictions et troubles posturaux contribuent en grande partie à une surcharge de
contraintes sur les tissus les plus fragiles : ceux des mains et des doigts mais aussi des épaules.
Comment le kinésithérapeute du sport Mézièriste peut-il :
– accompagner les jeunes sportifs dans leurs désirs de performance,
– seconder les entraîneurs en leur faisant intégrer une dimension préventive dans leurs
séances,
– aider les grimpeurs « vieillissants » désireux de poursuivre leur « conquête de l’inutile (2)»
mais désormais plus à l’écoute de leur corps qui se manifeste douloureusement ?’

A lire ici

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.