Faire du gravel dans la neige : 6 précautions à prendre absolument

La pratique du Gravel ne cesse de progresser. Certains cyclistes intrépides sortent même leur fidèle monture l’hiver pour rouler dans la neige. Une expérience exaltante, mais qui nécessite de prendre quelques précautions. On fait le point ici !

Choisir le bon équipement

Pour rouler en vélo Gravel dans la neige en toute sécurité, des pneus surdimensionnés s’imposent, avec des crampons très saillants espacés de quelques centimètres. Ils permettent une accroche optimale sur les sols glissants et poudreux. Comptez au minimum 45 mm de large. En ce qui concerne la pression, restez dans les bas bars, entre 0,5 et 0,8 bar, pour maximiser la surface de contact avec le sol.

Autre élément crucial : les roues. Optez pour des jantes en aluminium rigides qui supporteront mieux les chocs. Si votre budget le permet, des jantes en carbone sont encore plus résistantes et absorbent mieux les vibrations.

Privilégier les sorties en groupe

S’aventurer seul à vélo dans des conditions hivernales comporte des risques certains. Une crevaison ou une simple chute peut vite tourner au drame si personne n’est là pour vous porter secours. Sortez impérativement en groupe et assurez-vous de rester à portée de voix ou de vue des autres.

Par ailleurs, avant le départ, définissez un itinéraire précis, annoncez-le à vos proches et fixez des points de rendez-vous réguliers. Cela permettra de lancer rapidement les secours au moindre retard. Des applications comme Géovelo sont très utiles pour partager sa position.

Éviter les pentes trop raides

Si vous êtes débutant, ne vous aventurez pas sur des pistes très inclinées. En effet, le risque de chute est trop important. Même des cyclistes expérimentés peuvent être surpris par une plaque de verglas ou une ornière cachée. Contentez-vous des sentiers avec moins de 10 % de dénivelé.

Si malgré tout, vous empruntez une pente raide, restez sur vos gardes. Conservez une vitesse modérée, environ 10 km/h, freinez de façon progressive et gardez vos coudes et genoux légèrement fléchis pour amortir les chocs.

Démonter ses garde-boues

Lorsqu’il neige, les garde-boues avant et arrière ont tendance à s’engorger et à former des amas compacts de neige qui viennent se loger dans le cadre. C’est très désagréable ! Pour éviter cela, le mieux est de les démonter entièrement avant de prendre le départ.

Cette solution présente aussi l’avantage de ne pas avoir à dégager la neige agglomérée toutes les dix minutes. Votre sortie n’en sera que plus fluide et agréable. Sachez juste qu’il faudra nettoyer votre monture au retour pour éliminer les résidus de sel et de boue.

Choisir ses freins avec soin

Sur neige tassée ou verglacée, des freins à patins traditionnels sont totalement inefficaces. La distance de freinage peut être multipliée par 5 ou 6 ! Dans ces conditions, miser sur des disques de frein combinés à des plaquettes spéciales neige offrant une meilleure accroche.

Avant le départ, vérifiez aussi que vos durites et vos câbles de frein ne présentent pas de points durs suite au gel ou à l’usure. Des freins souples et réactifs sont primordiaux pour pouvoir vous arrêter en cas de besoin. Prévoyez aussi des rechanges de plaquettes, qui s’usent plus vite sur neige.

Se couvrir chaudement

Le secret pour profiter au mieux d’une sortie hivernale ? Une tenue adaptée avec plusieurs couches superposées pour conserver la chaleur tout en permettant l’évacuation de la transpiration. Il peut s’agir de :

  • collant thermique ;
  • cuissard ;
  • tee-shirts techniques respirants ;
  • veste coupe-vent imperméable ;
  • sur-chaussures ;
  • combinaison isotherme, etc.

Couvrez bien vos extrémités, surtout les mains et les pieds, avec des accessoires chauds et étanches. Bonnet, tour de cou, bandeau, gants, ne lésinez pas pour garantir une protection optimale contre le froid. Vous éviterez les engourdissements douloureux et conserverez toute votre dextérité pour piloter votre vélo.

Laisser un commentaire

dix − trois =