Futur des stations de sport d’hiver : le Cour des comptes et les maires pas sur la même ligne

Pistes de ski avec peu de neige, en décembre 2015 à Davos

Avec “Les stations de ski face au réchauffement climatique ou l’absurde solution des canons à neige”, un article de Rue 89 Lyon fait le point sur l’influence que le réchauffement climatique pourrait avoir sur l’économie des Alpes, surtout en hiver. De quoi limiter la pratique du ski alpin.

Les auteurs de l’article s’appuient sur le dernier rapport annuel de la Cour des comptes qui insiste sur la nécessaire diversification du modèle économique de toutes les stations de sports d’hiver.

Paradoxe, l’Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM) répond à Rue89Lyon qu’« il faut développer la neige de culture ». Comprenez qu’il faudrait “plus de canons à neige pour lutter contre la hausse des températures”.

Il y a urgence à changer un modèle économique qui repose sur le ski

La Cour des comptes, depuis 2011, indique au contraire qu’il y a urgence à changer un modèle économique qui repose sur le ski.

Le rapport de 2018 est à ce titre intitulé « Les stations de ski des Alpes du nord face au réchauffement climatique : une vulnérabilité croissante, le besoin d’un nouveau modèle de développement ».

Dans le détail, seules les grandes stations d’altitude (au-delà de 1.800 m) devraient à l’avenir être en capacité d’investir et de s’adapter aux aléas climatiques. Et même pour ces stations de sports d’hiver, La Cour des comptes relève que le recul des glaciers “remet en cause la pratique du ski d’été”.

Les canons à neige sont-ils la solution ?

Toujours sous un angle économique, le rapport 2018 souligne que l’objectif de garantir un enneigement suffisant « conduit à recourir à des expédients coûteux qui seront difficilement soutenables : aménagement de nouveaux espaces skiables, déplacement en altitude, remodelage des pistes, apports de neige artificielle ».

Actuellement, le taux d’équipement des stations de ski française est de 32 % (contre près de 70% en Autriche et en Italie selon le rapport de la Cour des comptes). Au passage, la Cour des comptes tacle gentiment les « politiques publiques facilitatrices », comme celles mises en place par la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.