Gardien de refuge : l’accueil version montagne

Trois des quatre refuges béarnais ont changé de gardiens cet été. Zoom sur un métier qui fait rêver.

Les habitués des sentiers le savent : en Béarn, trois des quatre refuges de montagne ont changé de « mains » cet été. À Arlet, Ayous et Arrémoulit, les gardiens étrennent leur lieu de travail. L’événement est rare : en général, le même gardien gère le même refuge indéfiniment. Alors qui se cache derrière votre assiette ? Les « nouveaux » ne sont pas inconnus, ils viennent d’autres refuges ! C’est un métier qu’on aime à vie, disent-ils tous.
Entre urgence quotidienne et anticipation nécessaire, ce métier est oeuvre de polyvalence subtile. Organisateur, hôte d’accueil, cuisinier, conseiller en météo ou sentiers à la demande, le gardien n’a pas d’horaires, il vit au refuge. Son premier devoir ? Vous nourrir. C’est pour l’essentiel sur la restauration qu’il est rémunéré, le tarif des nuitées servant à l’entretien des lieux et des équipements.

Lire l’article

Laisser un commentaire

dix-neuf − 13 =