Georges Mallory confirmé premier vainqueur de l’Everest

La nouvelle devrait faire l’effet d’une bombe de le petit milieu très fermé des historiens de l’alpinisme.

Depuis des années, les expéditions se succèdent sur les flancs de l’Everest pour tenter de comprendre ce qu’il s’est passé le 8 juin 1924 sur les flancs de l’Everest. Georges Mallory a-t-il atteint ou non le sommet de l’Everest avant de disparaître dans la tempête avec son compagnon Sandy Irvine ?

Le 1er mai 1999, une expédition américaine en partie commanditée par Nova (une série télévisée scientifique) et la BBC a retrouvé le corps congelé de George Mallory à l’altitude de 8290 mètres sur la face nord de l’Everest. Toutefois, ils n’ont été en mesure de localiser aucun des deux appareils photo que les deux alpinistes avaient emportés avec eux.

La photo manquante

Mais c’est surtout l’absence de la photo de Ruth Turner, la femme de Mallory dans le portefeuille de ce dernier qui ajouta une dose de mystère. Georges Mallory avait en effet promis de laisser une photo de sa femme sur le toit du monde en cas de victoire. L’absence de photo dans le portefeuille de Mallory pouvait laisser sous entendre que le britannique était parvenu a ses fins.

Les recherches se focalisaient depuis 1999 sur le corps des deux alpinistes et sur les appareils photos.  Des experts de chez Kodak ont en effet estimé qu’en cas de découverte d’un des appareils photo avec sa pellicule, ils seraient en mesure de la développer de manière à produire des images de qualité « imprimable ».

Cela est dû à la nature de la pellicule utilisée, et à sa conservation dans un froid extrême. Les images tirées de ces appareils photo pourraient permettre de définir s’ils ont effectivement atteint le sommet avant de périr.

La confirmation de Katmandou

Mais c’est finalement de Katmandou même que la confirmation de la réussite de Mallory est venu.

Il y a quelques mois, notre envoyé spécial a Katmandou était parvenu a faire une interview de Miss Elisabeth Hawley et a faire de nombreuses photos du domicile de cette dernière. C’est sur une de ces photos qu’un détail a attiré son regard.

Une photo d’une jeune femme dans un cadre de petite taille était présent sur une petite table de la maison. Notre reporter demanda alors si cette photo était celle de Elisabeth Hawley quand elle était jeune.

“Un cadeau d’un vieil ami”

La vieille américaine se précipita alors pour retirer le cadre miniature des mains de notre reporter, visiblement extrêmement troublée. Selon elle la photo était ‘un cadeau d’un vieil ami, rien d’important, quelque chose de privé‘ et elle remisa la photo dans un tiroir qu’elle ferma immédiatement à clef.

Quelque peu intrigué par le comportement très agité de Elisabeth qui sous le coup de l’émotion pour une fois semblait avoir perdu son flegme, notre reporter décida d’essayer d’en savoir plus.

C’est après plusieurs mois d’enquête que nous avons enfin pu avoir l’information que nous n’aurions jamais imaginée.

La photo de Ruth Turner à Katmandou !

La photo est celle de Ruth Turner, la femme de Georges Mallory. Elle a été trouvée sous le sommet de l’Everest, a une dizaine de mètres… le 27 mai 1975 par une expédition chinoise. Paradoxe, c’est la chinoise Phantog (seconde femme au sommet de l’Everest quelque jours après la japonaise Junko Tabei) qui aurait trouvé le médaillon.

Ce dernier aurait ensuite été remis a Sir Edmund Hillary fin des années 70 ou début des années 80. Les raisons qui ont poussé les chinois a remettre la précieuse relique au Néo-zélandais ne sont pas très claires.

Mais c’est finalement le 27 janvier 2008, peu après la mort de Edmund Hillary, que la photo a été remise a Elisabeth Hawley par courrier. Edmund Hillary demandait alors a Elisabeth Hawley de faire connaître ce lourd secret afin que la postérité du vainqueur de l’Everest ne soit pas issu d’un mensonge.

Le lourd secret de la vieille dame

La vieille dame n’avait jusqu’à maintenant jamais trouvé le courage de révéler ce lourd secret. Elle était très intime avec Edmund, et ne savait comment le faire. La perspicacité de notre reporter lui a donné cette opportunité.

Sir Edmund Hillary avait dit un jour ‘Mallory est peut être parvenu au sommet de l’Everest en 1924, mais je suis le premier a en être redescendu vivant’. Annonciateur, cette petite phrase marque aujourd’hui une réalité.

Devront nous revoir les manuels d’histoire ou devons nous considérer la réussite d’un sommet comme le fait d’en revenir vivant?… sans doute un sujet a discuter (par exemple ce week-end lors des assises de l’alpinisme à Grenoble)

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.