Interview : Adam Ondra

Adam Ondra était à peine descendu du sommet de El Capitan après avoir enchaîné le Dawn Wall, quand le site internet tchèque Emontana.cz a publié une longue interview sur ses premières impressions après son exploit. On y trouve entre autre quelques réflexions intéressantes, certaines inattendues, des détails de l’ascension et de nouveaux défis en vue et projets pour le grimpeur tchèque.
Nos confrères de Desnivel en ont fait une version condensée, traduite ici en français.

Surcoté le Dawnwall?
Pour moi, la L14 est un 9a un peu facile, et c’est ce qui est donné dans le topo. La L15, comme l’a dit Tommy lui-même, devrait être 8c+. Je suis d’accord là-dessus. Mais ensuite il y a plusieurs longueurs de 8b+ que je mettrais en 8c à certains endroits. Beaucoup des 8a+ pourraient être 8b ou plus je pense. Donc je pense que les longueurs dures sont un peu surcotées, mais que cela est compensé par le fait que n’importe lequel de ces 8a pourrait être côté plus fort. C’est surtout dû au style particulier d’escalade.
Une Dülfer en 8ª+ est extrêmement exigeante physiquement pour moi. Peut-être que je n’ai pas appris à grimper ca de manière efficace. Même si je passe au premier essai, ça n’en est pas moins épuisant

Lentement mais surement
Si tu envisages de tenter la chose, tu dois savoir que tu feras les 8a+ à vue. Plus tu feras d’essais, plus tu arriveras fatigué dans les longueurs suivantes. En escalade sportive, j’ai appris a grimper plutôt rapidement, sans m’arrêter beaucoup, ce que je considère comme un style efficace.
Ici, il se trouve que ce qui est rentable c’est de grimper doucement, avec attention.
Quand j’ai commencé avec un rythme lent, ça m’a fait curieux. Mais je me suis habitué peu à peu.
J’ai vu que l’escalade lente n’est pas beaucoup plus fatigante et en même temps les risques de faire des erreurs sont moindres.

Destruction de chaussons
Par jour d’escalade, j’ai utilisé deux ou trois paires de chaussons et je les changeais pour ne pas les détruire avec la sueur. Durant toute l’ascension j’ai dû détruire sept paires.

Le Dawn Wall dans la journée?
Je crois que c’est difficile mais ça pourrait se faire un jour. Bien sûr que ça va demander beaucoup de temps d’investissement, avec un entraînement spécifique et méticuleux qui me permettrait travailler très dur durant 20h. Même ainsi, je devrais m’adapter beaucoup plus au granite local. Je suis conscient que je n’ai pas les capacités de le faire pour le moment mais je pense que c’est possible. La motivation pour faire la croix en 24h pourrait venir. Mais je dois avouer qu’en réalité c’est une idée de malade.

La stratégie correcte serait de passer ici tout l’automne, pratiquer, pratiquer et pratiquer. Ensuite aller dans un coin paumé pour entrainer mon corps et finalement revenir, attendre un jour nuageux et le faire. J’ai travaillé les longueurs et cela a été très exigeant physiquement. Après j’ai pris quelques jours de repos ce qui n’est pas l’idéal. Clairement je n’étais pas aussi en forme que si j’avais fait plusieurs jours d’entraînement au milieu.

Motivé par El Capitan… et el Dawn Wall
La paroi de El Capitan m’attire. Je n’ai jamais vu mieux en termes d’escalade de Big Wall. Il y a un grand potentiel pour gravir de nouvelles voies en libre. De toute façon, je crois que grimper le Dawn Wall en 24 heures est un beau challenge. Ce ne sera pas mon objectif l’année qui vient, ça j’en suis sûr. J’aimerais me reposer mentalement quelques saisons, mais ça serait intéressant comme un rêve absolu. Grimper le Dawn Wall peut paraître emmerdant et douloureux. A vrai dire, les deux longueurs clefs ne sont pas super attirants. C’est comme de se pendre sur des couteaux affilés. Mais en dehors de ces deux longueurs, il y en a qui sont parmi les meilleurs

Pression
Je crois que le soutien  des gens est très agréable et m’a Aidé en partie, il n’y a aucun doute sur le sujet.
D’un autre côté cela peut créer plus de pression, par exemple, quand je n’ai pas pu faire la longueur clef le quatrième jour. Ca a vraiment mis la pression. Mais la pression vient de nous-même. J’ai investis beaucoup de temps, et c’est moi qui voulais réussir cet essai.
En ce qui concerne la pression, j’ai été plutôt surpris de la manière dont je l’ai gérée le cinquième jour quand j’ai gravis les deux longueurs clefs. A partir de là, j’ai grimpé au top de mes capacité. Je n’aurais pas pu faire mieux. Je savais que je ne devais pas tomber dans la L16 ‘Loop Pitch’. Cela aurait été très frustrant et je n’aurais pas trouvé l’énergie pour grimper cinq autres longueurs ce jour-là. Mais d’une certaine manière tout à bien fonctionné.

Défis à venir
Kevin Jorgeson a jeté un œil depuis la Wino Tower (L21). Dans la dernière partie de la voie, il y aurait une variante vers la droite. Pour moi c’est à côté du Dawn Wall vers North America Wall. Ca mériterait une directe. Kevin l’a tenté et dit que ce devrait être possible. Ils ont même fait quelques longueurs. C’est probablement le plus grand toit de tout El Capitan, a 150m sous le sommet. Kevin a jeté un œil et dit qu’une fissure à doigts pourrait permettre de passer. Ça a l’air incroyable.

ad NCV

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.