Interview : Alban Levier revient sur sa victoire à Toronto

Retour avec le jeune parisien Alban Levier (20 ans) après sa belle et première victoire en coupe du Monde de bloc à Toronto le week-end dernier. Les photos qui illustrent sont l’oeuvre d’Eddie Fowke-The Circuit Climbing and Performance.

– Kairn : Bravo pour cette belle victoire ! Si tu peux nous faire brièvement un retour sur ton ressenti sur le circuit de finale à Toronto ?

Alban : En finale,on le sait tous‚ tout est possible. J’y ai cru cette fois-ci. J’ai réussi à me faire vraiment plaisir tout en étant vraiment concentré sur les blocs. Les blocs étaient cools avec de belles prises‚ plein de volumes. Ça peut que donner envie de tout donner !

– Kairn : Quand as-tu su que tu gagnais ? Et quelle est ta réaction à chaud ?

– Alban : Je m’en suis rendu compte face au public, dos au dernier bloc. Tout l’équipe avait le sourire jusqu’aux oreilles et juste avant Adam n’avait pas réussi le bloc 4. Soit je réalise pas totalement ce dernier bloc, soit j’en veux encore plus‚ mais en tous cas rien n’a changé. Y a plus qu’à recommencer !

– Kairn : Comment qualiferais-tu le style d’ouverture sur cette compétition ?

– Alban : Sur les qualifs et les demis il n’y avait aucun jeté‚ mais des blocs dans tous les styles et pas trop à doigts non plus. Ils nous ont offert de beaux blocs en finale dont deux jetés. Aucun bloc ne me déplaisait. Enfin, je dirai plutôt que tous les blocs me plaisaient ! Le fait qu’il y ait pas mal de nouvelles prises accentuait un peu le côté aléatoire du bloc. C’était vraiment intéressant !

– Kairn : Vous avez déjà fait fort en demi-finale déjà, avec 3 qualifiés chez les hommes !

– Alban : Déjà on a lancé la machine en rentrant tout le monde en demi. 10/10 c’est pas toujours. Je pense que la présence de nombreux volumes nous a bien plu. Au pôle on dispose actuellement d’un outil de travail énorme regroupant des centaines de volumes‚ du coup les différents jeux d’équilibre et de sensation présents sur les circuits nous ont en effet bien convenu. Ce qui a également pu contribuer à ce résultat c’est le fait d’avoir commencé la saison internationale deux semaines auparavant lors des championnats d’Europe. J’ai pu corriger pas mal de détails comme les autres membres de l’équipe je pense…

– Kairn : L’an dernier c’était Guigui, cette année toi, Toronto réussit bien aux français. Hasard ? Ou l’ouverture ou le profil qu vous correspondent mieux ?

– Alban : On a l’impression que tu veux nous faire croire que Guillaume et moi avons eu de la chance ! Franchement je pense que c’est un pur hasard. Cette compétition comprenait tous les styles de grimpe. L’an passé la structure était différente et penchait beaucoup plus. J’ai juste suivi mon modèle !

– Kairn : Tu étais aux portes de la finale aux championnats d’Europe, quels réajustements as-tu fait en terme d’axes de travail entre les deux compétitions ?

– Alban : Comme je disais les championnats d’Europe m’ont permis de corriger quelques détails. En deux semaines, je ne pouvais pas modifier mes capacités physiques. Mais mentalement par contre j’ai voulu m’appliquer sur certains points. Ça a bien fait la différence ce week-end et je reste persuadé qu’une bonne préparation mentale est essentielle pour optimiser sa grimpe.

– Kairn L’an dernier tu avais fait une très belle saison nationale et pris tes marques à l’international avec une finale à Laval, comment vois-tu la saison qui arrive et quelles sont tes ambitions ?

– Alban : L’an dernier je découvrais le milieu sans rien à perdre et tout à gagner. Cette année je grimpe avec de vrais enjeux. La gestion du circuit est complètement différente mais c’est ça que j’aime. OK j’ai peut-être gagné une étape mais j’en veux encore plus et j’espère revivre ce moment le plus souvent possible. Maintenant‚ je reprendrai chaque compétition à zéro. Tout est à refaire. J’espère bien me classer au général de la coupe du monde et ensuite reprendre la rési pour effectuer une bonne transition vers la diff…J’oublie pas le combiné !

– Kairn : Sur quoi spécifiquement as-tu travaillé cet hiver ?

– Alban : L’an passé je manquais encore un peu de doigts et d’explosivité. J’ai donc consolidé ces deux points tout en continuant à garder un peu de finesse et de feeling grâce à la forêt.

– Kairn : Tu as changé de coach aussi, explique pourquoi et ce qui change aussi dans le fonctionnement des entrainements ?

– Alban : J’ai changé pour une simple raison : je pense qu’en voyant d’autres façons de fonctionner on en apprend davantage. Avec une autre planification‚ je relance à nouveau ma motivation. L’avantage du pôle c’est la qualité de la structure. Un outil de travail de ce genre ne se trouve pas partout. Ma collaboration avec Rémi Samyn est super sans pour autant dégrader ma bonne relation avec Ludo Laurence qui m’a beaucoup appris.

– Kairn : Cet hiver, l’équipe de France s’est réunie plus régulièrement. Explique un peu les axes travaillés lors des stages.

– Alban : En effet, on a fait pas mal de stages cette année. Avant tout, ces regroupements nous permettent à tous de se donner à fond avec les autres dans des blocs typés compétition. Par ailleurs, la saison dernière on a pu voir pas mal de jetés ou de styles un peu freestyle à l’international. C’est un point sur lequel les coaches ont pas mal insisté lors de ces stages. L’équipe regroupait beaucoup de monde entre jeunes‚ séniors et partenaires d’entraînement. On avait tous a y gagner‚ à apprendre des autres. La dynamique lors de ces stages étaient démente. J’espère vivre ça le plus longtemps possible et puis plus on est‚ plus on rit !

– Kairn : Comment appréhendes-tu l’étape de coupe du Monde de Vail qui arrive avec son ‘american style’ dans des blocs king size et bien dévers ?

-Alban : Franchement comme je disais au dessus‚ tout recommence à zéro. La vision des autres a peut-être changé mais la mienne reste la même. Je pars du bas et j’arrive en haut avec le sourire si possible !

Et puis les ouvreurs de cette année viennent de différentes nations donc je pense qu’on peut leur faire confiance pour la beauté et la diversité des blocs proposés. J’aime les dalles et j’aime les toits alors bon…

– Kairn : Un message à faire passer ?

T’as du prendre un malin plaisir à concocter tes questions ! Et aussi un grand merci à tout le monde pour votre soutien ainsi qu’à mes sponsors S’cape et Ocùn !

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.