James Franco dans la peau de Aron Ralston pour 127h de cauchemar

On connaissait 342h dans les grandes Jorasses, on aura bientôt droit a 127h pour se couper un bras.
Nous vous en parlions déjà en 2009, c’est le cinéaste britannique Dany Boyle (Slumdog Millonaire) qui va réaliser ce film sur les déboires d’Aron Ralston, un grimpeur de haute montagne qui, à la suite d’un accident survenu dans l’Utah, a dû s’amputer lui-même avec son victorinox (a moins que ce soit Leatherman??)  un bras pour se dégager et survivre…

L’histoire ? Parti pour une randonnée en solitaire dans les gorges de l’Utah, Aron Ralston, jeune alpiniste expérimenté, se retrouve bloqué au fond d’un canyon isolé lorsqu’un rocher s’éboule, lui emprisonnant le bras. Pris au piège, menacé de déshydratation et d’hypothermie, il est en proie à des hallucinations avec pour seule compagnie le souvenir des siens. Cinq jours plus tard, comprenant que les secours n’arriveront pas, il va devoir prendre la plus grave décision de son existence…

De plus, Danny Boyle aura peut-être été encouragé vers ce choix, par le film réalisé par son compatriote Kevin Macdonald, La Mort Suspendue, qui relatait déjà l’experience extrême vécue par deux alpinistes. Récemment également le film allemand Duel au Sommet a prouvé que, bien mis en scène, l’univers hostile de la randonnée, de l’alpinisme, donnait lieu à des films d’une grande intensité.

Nous évoquions l’acteur Ryan Gosling pour incarner cet alpiniste mais ce sera finalement James Franco.

Plus d’infos

NDLR : On oublie de dire que Aron Ralston, pourtant secouriste, était parti avec un équipement plus que limité (hormis son leatherman), sans prévenir où il allait ni à quelle heure il allait revenir. En faire un héros est oublier qu’il s’est lui-même mis dans cette situation de par son imprudence et le non respect des règles de sécurité.

Laisser un commentaire

dix-neuf + trois =