La chasse aux loups ouverte en France : Les écologistes de Férus n’apprécient pas !

Férus et autres associations dites « de protection de la nature» ne sont pas satisfaites du dernier arrêté pris par la Ministre de l’Écologie, Ségolène Royal et le Ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll quant à la régulation de la population de loup et aux tires de défense accordés aux éleveurs et bergers sur leurs estives et alpages pour protéger leur outil de travail.

Selon le communiqué de presse ci-dessous de Férus, « notre pays un modèle négatif en matière de biodiversité et de protection des espèces sauvages ».

Il faut préciser que selon l’ONCFS l’espèce en France a un taux de développement de l’ordre de 20% par an (jusqu’à 39% sur certains territoires étrangers). Avec un quota d’abattage de 24 à 36 pour cette année et une population de loups officiellement établie à 300, nous voyons que l’espèce n’est pas mise en danger d’autant que les quotas annuels ne sont jamais atteints. Mieux encore, elle peut progresser. Par ailleurs, la France n’est pas le seul pays en Europe ou la chasse est ainsi possible.

Loups : lancement d’une expérimentation sur des tirs de prélèvement jusqu’au 30 juin 2015

Il semble que Férus, et d’autres associations, ait une notion restrictive du terme biodiversité. Jusqu’à preuve du contraire, l’homme en fait partie et cette notion ne se limite pas à une seule espèce même emblématique. Le problème est de savoir si, en excluant, voir même en détruisant, l’activité pastorale, on ne détruit pas également une bonne part de biodiversité qui s’est créée au cours des millénaires de présence des troupeaux en montagne.

Et puis, il est curieux que le terme « développement durable » consacré à la Conférence de Rio soit toujours absent du vocabulaire de Ferus et autres associations environnementalistes. Le développement durable repose sur 3 piliers : environnement, social, économie. Les activités humaines ne sont donc pas exclues.

————–

SEGOLENE ROYAL AUTORISE LA CHASSE AU LOUP

Segolène Royal et Stéphane le Foll ont signé le 5 août dernier l’arrêté autorisant de fait la chasse au loup dans notre pays. Cet arrêté a été publié au JO du 14 août.

Sous la pression des lobbies du monde de l’élevage et des fédérations de chasseurs, cet arrêté, repoussé par le Conseil National de Protection de la Nature et au cours de la consultation publique par 74 % des opinions exprimées, a été promulgué, faisant ainsi de notre pays un modèle négatif en matière de biodiversité et de protection des espèces sauvages.

Honte sur ces ministres qui choisissent le fusil pour régler un problème qui peut l’être efficacement par une protection correcte des troupeaux ! La France donne ainsi le signal le plus négatif possible et met le loup au rang des « nuisibles » pouvant être éliminés alors qu’il est strictement protégé.

Par cette promulgation, Ségolène Royal et Stéphane Le Foll resteront ainsi dans l’histoire les fossoyeurs d’une biodiversité qu’ils méprisent pour donner des gages à une infime partie des citoyens qui refusent de s’adapter au mépris de la majorité qu’ils ignorent.

Nous savons de source sûre que les sociétés de chasse, notamment dans le Mercantour, attendent avec impatience les dates d’ouverture pour aller en « découdre » avec les loups sous prétexte de battues au grand gibier, sûres de leur impunité et de l’appui des préfets.

Ferus, avec ses partenaires associatifs du collectif CAP Loup, a décidé d’exercer un recours auprès du Conseil d’Etat contre cet arrêté que nous considérons comme illégal.

Que tous les adhérents, militants et sympathisants se préparent à des moments difficiles et fassent part de leur colère aux ministères concernés.

Communiqué de presse de Férus du 18 août 2014

Photos : Estive de Ceuze (Philippe Lemoine)

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.