La chronique de JPB : le babil du Babar


Une autre semaine qui passe et je suis encore face à rien!

 

On se lève le matin et le givre couvre les autos, les trous d’eau sont glacés, certains font de la motoneige à 80 kilomètres au nord de la ville.

Je marchais, cet après midi, et je vois un petit couple qui sort un sapin de Noël de sa minivan!!!

A toutes les stations de radio, on entend des publicités qui utilisent de la musique des Fêtes. Décourageant…

 

Pas encore Noël! Je n’aime pas Noël!

Pas encore la neige, les routes glacées, les tempêtes, le pelletage quotidien et le numéro spécial de Grimper sur l’escalade de glace et le dry-tooling!!

 

Mon équipement de ski est prêt.

Mes pneus d’hiver sont posés – c’est obligatoire dans la province.

Mes piolets sont aiguisés.

Mais est-ce que je veux réellement faire de la glace cette année?

Sans doute! Mais alors uniquement sur des nano-cascades vierges, loin des hommes, loin de la foule braillarde qui peuple le pied des quelques cascades populaires et qui s’y évertue à faire de la sculpture sur glace sous l’œil bienveillant de ‘’moniteurs » qui n’ont comme toute technique que de crier : ‘’ Monte tes pieds! » ‘’Frappe plus fort! »

 

Quel spectacle déprimant. Je ne me questionne plus à savoir pourquoi si peu de personnes s’intéressent à l’escalade de glace. Ici, c’est présenté comme un sport extrême. Aussi ludique et amusant qu’un cours de thanatologie appliqué…

Et je ne parle pas du coût faramineux de l’équipement.

 

Et cet équipement, ces piolets, vous vous en servez combien de fois par année?

 

La dernière utilité pratique de mes piolets de dry-tooling… et bien ce fut de couper le gâteau que ma mère nous avait concocté. Toute une cuisinière, ma mère!

Imaginez une pâte d’un pouce d’épaisseur tellement dure que j’aurais pu poser un ancrage Petzl dedans en respectant les standards d’arrachement de la Fédé. Cette pâte recouvre un genre de caramel d’une consistance équivalente à la lave de l’Etna après trois jours à l’air libre. Même couleur.

Quant au goût, rien de ce coté-ci de la Mort ne peut servir à le décrire. 

 

J’ai appelé les services de récupérations de matières dangereuses pour qu’il viennent se débarrasser du ‘’corps » d’une façon sécuritaire.

Il m’ont demandé si l’objet avait une demi-vie et de combien de millénaires c’était…

 

Je suis découragé… la neige qui arrive, l’escalade de glace et pas de dessert ce soir.

 

Heureusement, en France, vous avez du dessert à la tonne et ma mère ne fréquente pas votre pays… bien qu’elle ait manifesté récemment le désir de visiter l’Alsace!

Et vous avez des activités de glace et de dry ludiques sinon totalement déjantées.

 

Je veux parler, bien entendu, du ICE 2011qui se tiendra à l’Argentière La Bessée du 14 au 16 janvier. Le Ice Climbing Ecrins dont la présentation vidéo, faite par le très attaqué Gilles Estrambouli, mérite à elle seule la visite sur le site web de l’évènement.

http://www.ice-climbing-ecrins.com/

 

J’aimerais bien y participer mais, hélas, je n’ai pas l’argent pour me payer le billet d’avion et je soupçonne l’Estrambouli de ne pas vouloir un autre clown dans ses plates bandes. Et puis je n’aime pas le pastis mais je suis prêt à le gauler toute une soirée au ‘’caribou » s’il paie mon billet.

 

 

Comme je sais qu’il n’y avait aucune chance d’obtenir un mot sensé de la bouche de l’Estrambouli, j’ai décidé de m’adresser à François Lombard qui devait être plus sensé que son complice.

Ce doit être l’altitude! A moins qu’il n’y ait contagion estrambouliaque.

Le pauvre gars est tout chamboulé…

Voici l’intégrale de l’entrevue par email :

 

a) Tu es maintenant le Capo de tutti Capi de l’Ice Climbing Ecrin suite à la mise à la retraite (forcée?) du créateur de l’évènement. Comment as-tu réussi ce coup fumant ?

Je n’ai pas tenu longtemps puisque cette année c’est la transition et que Mat Maynadier sera bel et bien le Capo de ICE. Donc pas de coup fumant et juste envie de passer plus de temps à grimper…

 b) L’Ice Climbing Ecrins, version 2011 , sous ta gouverne – outre le but avoué de créer un pénurie artificielle de vins et spiritueux permettant aux bouilleurs de cru locaux de liquider leur stock –  qu’est-ce que tu en attends? Comment jugeras-tu de sa réussite ?

Qu’allons nous nous mettre ‘derrière la cravate’ sera le slogan de l’ICE  et se mesurera avec les température négatives nécessaire à l’obtention de glace (pour le Pastis bien sûr) : Gilles Estrambouli sera l’homme de la situation.

 

 c) J’ai entendu parler de rituels secrets où Estrambouli, totalement nu, dansait en pleine nuit autour de blocs de glace amenés de la patinoire locale en espérant s’attirer les faveurs des dieux du froid . Vous auriez même pensé à un rituel impliquant une vierge mais les vierges sont si difficiles à trouver de nos jours …. Est-ce que les grimpeurs peuvent compter sur des activités extrêmes même en cas de réchauffement climatique ?

Évidemment que sans glaçons pour le Pastis nous avons prévu plusieurs plans qui devraient permettre à tous nos visiteurs de parvenir à leur fin. Mais Gilles avec ses incantations et rites nous a assuré que les températures devraient nous permettre de respecter le programme prévisionnel.

 

 d) Comment comptez vous attirer de nouveaux amateurs, des gens assez fêlés pour venir se briser les jointures en frappant sur la glace avec un piolet métallique tout en perdant toutes sensations dans les orteils? Car il faut de nouveaux grimpeurs de glace, il faut partager la passion.

Nous avons orienté notre com sur les circuits SM plus propices à trouver des personnes pouvant comprendre le ‘plaisir de la glace’ ! 

Mathieu animera bientôt une soirée ‘crampons et piolets’ dans un club très spécial de la région ! toutes les infos sur www.ice-climbing-ecrins.com

 

 e) Qu’en est-il des activités ne nécessitant pas une corde et un harnais ?
Bon, d’accord : certains ont ce genre de perversion… mais pour les autres… peuvent-ils espérer dormir durant les trois jours de l’évènement?

Pas de repos même pour ceux ne tripent pas sur les cordes et harnais : les guides ‘expérimentes’ de la FFCAM trouverons toujours une solution pour amener nos visiteurs vers les cieux.

 f) Parlant de manger et de dormir. Il faut apporter sa tente et son réchaud? Ou bien il y a une structure d’accueil qui ne coûte pas la peau des fesses – car tu sais que les grimpeurs, après avoir payé piolets, crampons et vis, ils sont endettés pour dix ans !  

Marion sera la personne qui trouvera pour nos grimpeurs la meilleure solution pour manger et dormir (le choix est assez large du gîte au 18 étoiles)

 

 g) Le Ice Climbing Ecrin 2011, il faut s’y rendre. Mais il faut s’inscrire? Ou on arrive comme un cheveu sur la soupe ?

Pas facile de gérer la dernière minute ! Pour éviter les soucis les inscription en ligne seront ouvertes dès début décembre sur  www.ice-climbing-ecrins.com

 h) Si François Lombard survit à l’ICE 2011 , il fera quoi par la suite ? Un grimpeur connu suggère d’écrire un peu plus sur ton blog … mais encore ???

Pour ce qui est de l’écriture je ne pense pas avoir la verve de certain donc je vais me contenter de continuer de grimper le plus possible et je viendrais pour une fois participer à l’ICE et au Tout à Blocs de manière complètement détendu.

 

Vous voyez le topo !

Babar a sans doute reçu un cadeau venant de ma mère : un de ses gâteaux plaque tectonique.

Et il y a goûté, le pauvre.

 

Si vous avez une seule fin de semaine à consacrer à la glace cet hiver, je vous recommande fortement le ICE2011 tant pour l’atmosphère que pour l’escalade.

Habillez-vous chaudement, restez hydraté, lâchez votre fou, profitez du vertical.

Mais refusez tout morceau de gâteau qui semble venir de loin!

Laisser un commentaire

3 × trois =