La fête des guides de Chamonix, une tradition qui se veut solidaire

L’appel résonne sous le mont Blanc comme une longue mélopée. 261 guides et accompagnateurs en montagne, appelés un à un par l’invité d’honneur.

Une tradition de presque un siècle qui s’égraine en laissant le temps à l’esprit de vagabonder. C’est fou ce qu’il y a comme Ravanel. Tiens ? Toute une fratrie ! Ici, le mari et la femme ; là, le père et le fils. La montagne serait affaire de famille sous les Aiguilles de Chamonix ? Sans doute pour les vieilles familles mais c’est moins vrai aujourd’hui.

Et puis, il y a belle lurette que la plus ancienne compagnie de guides du monde a jeté aux orties la règle qui faisait qu’un guide de la Compagnie devait impérativement être un natif du pays. Les jeunes guides doivent une fière chandelle à Gaston Rebuffat, le Marseillais de la Compagnie qui a fait bouger les lignes gravées dans le granit chamoniard sur le sujet.

Si l’illustre compagnie et sa Caisse de secours sont nées en 1821, la fête, elle, est plus contemporaine.

En savoir plus….

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.