La responsabilité de l’armée pointée du doigt après l’avalanche de Valfréjus

Expédition ‘suicidaire’ ou fatalité ‘ Les professionnels de la montagne s’interrogent sur les responsabilités de l’armée dans l’avalanche qui a tué six légionnaires à Valfréjus (Savoie). Mais tous pointent le manque d’information des militaires comme une des causes du drame.

Ils sont entrés dans une combe où il n’y avait pas la moindre trace. C’était l’endroit où il ne fallait pas aller. Se jeter ainsi dans la gueule du loup, c’est criminel‘, tempête l’un d’eux, qui a participé aux secours le 18 janvier.

Ce jour-là, 51 militaires du 2e régiment étranger de génie (REG) de Saint-Christol (Vaucluse) remontaient le col du Petit Argentier (2.599 m) en ski de randonnée quand 18 d’entre eux ont été emportés par une coulée de neige. Six légionnaires de 21 à 33 ans sont décédés, un des bilans les plus meurtriers de ces dernières années.

Lire l article

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.