La variété est le piment de la vie / Une ascension 100% féminine du Gervasutti-Gagliardone sur les Grandes Jorasses

L'alpiniste autrichienne Barbara Vigl rapporte une répétition du « Gervasutti-Gagliardone » sur la face est des Grandes Jorasses, massif du Mont Blanc, réalisée en juillet 2023 par Vigl avec Anna Truntschnig et Anna Zechling. En plus d'être peut-être la première ascension entièrement féminine de cet itinéraire, cette répétition souligne le succès du programme de l'équipe d'expédition autrichienne.

Quand Anna Truntschnig, Anna Zechling et moi avons cherché un objectif pour notre voyage entre filles à Chamonix l'été dernier et que quelqu'un a mentionné le Gervasutti-Gagliardone sur la face est isolée des Grandes Jorasses, nous avons toutes été immédiatement excitées. Bien sûr, tout alpiniste en herbe ou confirmé ou amoureux de la montagne a entendu parler de la face nord des Grandes Jorasses, mais qu'en est-il des ascensions moins connues du côté italien ? Dans ma recherche de lignes inspirantes, j'avais entendu parler de ce visage mystérieux il y a quelques années et il figurait en tête de ma liste de choses que je voulais gravir.

En 2006 Philippe Batoux écrit pour L'Alpiniste  » La face Est des Grandes Jorasses (4208 m), longue de 750 mètres, n'est visible que depuis l'extrémité du Val Ferret. Cette face dite « Face Perdue » comporte trois parties : un bouclier de dalles, avec un couloir au milieu ; un mur raide de 300 mètres avec de nombreux toits et une section mixte avec des roches meubles qui mènent à l'extrémité du Tronchey Arete. Giuseppe Gagliardone et Giusto « Il Fortissimo » Gervasutti ont fait sa première ascension en 1942 (pendant la guerre !), par ce qui était sûrement la route la plus difficile ouverte dans les Alpes avant 1950. »

Cet itinéraire, ouvert par Giusto Gervasutti et Giuseppe Gagliardone pendant deux jours après quatre tentatives étalées sur cinq ans, s'appelle Gervasutti-Gagliardone et était initialement classé VI et A2, mais récemment les difficultés ont été réévaluées à 5c/6a avec deux lancers soutenus de 6b et un lancer de A1. Il s'agissait à l'époque de la plus grande ascension de Gervasutti et de la plus difficile des Alpes occidentales, et elle n'a sans doute pas été égalée dans la chaîne du Mont Blanc avant les années 1960, selon le BMC.

Depuis, on entend beaucoup moins parler des ascensions de la face Est des Grandes Jorasses. Mais cela se traduit également par une escalade plus calme, isolée, sauvage et aventureuse. L'itinéraire idéal pour commencer nos vacances ensemble. Nous étions curieux.

Le seul bémol était que la période de beau temps se terminerait dans 2,5 jours et qu'il fallait encore se rendre d'Innsbruck à Courmayeur, s'approcher du bivouac de Gervasutti et évidemment remonter la route et descendre de la montagne avant l'arrivée de l'orage.

Le 27 juillet 2023, nous avons donc fait une longue approche à travers le Val Ferret jusqu'au bivouac confortable, en attendant avec impatience les deux jours d'aventure qui nous attendent. Après un départ matinal le lendemain, nous avons atteint la base du mur juste au lever du jour, à 5h00 du matin. La première partie du mur était dans des conditions mixtes donc nous avons grimpé en crampons jusqu'à atteindre la traversée qui nous mènerait au départ des principales difficultés. Le rebord était encore recouvert de neige et, en raison des températures matinales élevées, cette section nous a permis de patauger dans une neige mouillée et instable, ce qui prenait beaucoup de temps et nous faisait peur, au lieu de l'approche facile sur la neige ferme que nous avions espéré trouver.

À partir de là, le mur s'est accentué et nous avons suivi la ligne évidente à travers les fissures et les dalles d'équilibre délicates jusqu'à ce que nous atteignions le toit de secours. Au début, les gros flocons de roche instable exigeaient une escalade prudente et la fine fissure en surplomb avec des pitons rouillés exigeait de la créativité dans le placement du matériel. Depuis le relais au-dessus du toit, le caractère sauvage et exposé du chef-d'œuvre de Gervasutti est devenu encore plus apparent : nos traces le long du Glacier de Fréboudze étaient à peine visibles d'ici, derrière la crête des Hirondelles, les montagnes de la partie française du Mont Blanc. massif apparaît et, à part quelques chutes de pierres dans le couloir en contrebas, aucun bruit ne se fait entendre et nous semblons seuls dans cette immense mer de rochers.

De là, le parcours continue en passant par une série de dalles et de dièdres en partie recouverts de neige et de glace, ce qui nous ralentit par conséquent. Nous avons atteint la fin du parcours dans la soirée, fatigués de grimper dans des conditions exigeantes et de ressentir les effets de l'altitude, et comme il nous restait encore à gravir la partie supérieure de l'arête du Tronchey nous avons décidé de bivouaquer sur une petite vire de neige. Après avoir creusé, fait fondre la neige et préparé notre bivouac, nous n'avons pas tardé à nous endormir dans les deux sacs de couchage zippés qui suffisaient juste pour nous trois. Le lendemain, nous nous sommes réveillés avec un magnifique lever de soleil et, avec un orage attendu dans l'après-midi, nous avons gravi la crête à travers un terrain mixte et de la neige épaisse jusqu'au sommet de la pointe Walker.

Après un bref moment de partage de notre joie au sommet, nous avons descendu la route normale sur la face ouest pour trouver un abri et, espérons-le, une cabane chaleureuse et confortable avec des bières et de la nourriture délicieuse pour célébrer nos deux jours dans la nature. Malheureusement, la tempête a été plus rapide que nous et nous avons atteint la cabane trempés. Pire encore, même si le refuge d'hiver était ouvert, le reste du bâtiment était vide et sans gardien en raison de la grande quantité de neige sur le parcours normal. Comme nous devions attendre que la tempête se calme, nous avons partagé nos dernières barres énergétiques, quelques tasses de thé et avons gardé notre fête jusqu'à Courmayeur, où nous avons enfin pu remplir nos estomacs vides de pizza avant de réactiver nos membres raides dans l'un des bons SPA en ville.

Nous avons pensé quelque temps plus tard que, à notre connaissance, notre ascension était peut-être la première ascension entièrement féminine de l'itinéraire, mais le fait que nous n'y ayons même pas pensé est de cela qu'il s'agit : partager des aventures avec de bonnes amis, motivés et confiants pour atteindre nos objectifs et s'encourager mutuellement, chacun de nous jouant son rôle indispensable dans notre équipe pour non seulement atteindre le sommet et revenir en toute sécurité en ville, mais aussi pour pouvoir rire, surmonter des terrains difficiles et rêvez de Spas et de pizza ensemble.

Le fait que nous faisions tous les trois partie de l'équipe d'expédition autrichienne, moi en 2015-2017 et Anna Truntschnig et Anna Zechling en 2018-2020 avec moi en tant que membre du duo d'entraîneurs, souligne l'objectif de ce programme : encourager les individus, nourrir leurs talents et connecter la communauté alpine autrichienne – et, idéalement, aider à développer des amitiés qui vont bien au-delà des limites de l’équipe d’expédition.

Cette année marque le début de la première équipe autrichienne d'expédition entièrement féminine, les Alpinkader Frauen de Naturfreunde Österreich. Les candidatures sont ouvertes dès maintenant, allez les filles !

par Babsi Vigl

Liens
Alpiniste : alpinkader.naturfreunde.at
Commanditaires : Équipement de montagne, La face nord, Julbo
Alpiniste: alpinist.com/climbing-notes/grandes-jorasses-east-face/
Le BMC : thebmc.co.uk/rare-british-repeat-on-grandes-jorasses-updated

Grandes Jorasses, Gervasutti-Gagliardone, Anna Truntschnig, Barbara Vigl, Anna Zechling - Via Gervasutti-Gagliardone, Grandes Jorasses : Babsi Vigl et Anna Truntschnig approchent du bivouac avec la face Est visible.Grandes Jorasses, Gervasutti-Gagliardone, Anna Truntschnig, Barbara Vigl, Anna Zechling - Via Gervasutti-Gagliardone, Grandes Jorasses : Anna Zechling et Anna Truntschnig suivent la rimayeGrandes Jorasses, Gervasutti-Gagliardone, Anna Truntschnig, Barbara Vigl, Anna Zechling - Via Gervasutti-Gagliardone, Grandes Jorasses : Anna Truntschnig traversant le champ de neige pour rejoindre le départ du parcoursGrandes Jorasses, Gervasutti-Gagliardone, Anna Truntschnig, Barbara Vigl, Anna Zechling - Via Gervasutti-Gagliardone, Grandes Jorasses : Anna Truntschnig gravissant la première longueur après le champ de neigeGrandes Jorasses, Gervasutti-Gagliardone, Anna Truntschnig, Barbara Vigl, Anna Zechling - Via Gervasutti-Gagliardone, Grandes Jorasses : Anna Zechling grimpe des fissures parfaites dans la partie basse de la voieGrandes Jorasses, Gervasutti-Gagliardone, Anna Truntschnig, Barbara Vigl, Anna Zechling - Via Gervasutti-Gagliardone, Grandes Jorasses : Anna Truntschnig et Anna Zechling suivent en haut du bouclierGrandes Jorasses, Gervasutti-Gagliardone, Anna Truntschnig, Barbara Vigl, Anna Zechling - Via Gervasutti-Gagliardone, Grandes Jorasses : Babsi Vigl escaladant le toit de l'A1Grandes Jorasses, Gervasutti-Gagliardone, Anna Truntschnig, Barbara Vigl, Anna Zechling - Via Gervasutti-Gagliardone, Grandes Jorasses : Anna Truntschnig suit les dalles enduites en partie de neige et de glace

Laisser un commentaire

seize − 11 =